×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Fès: Le coup de gueule des élus contre Benkirane

Par L'Economiste | Edition N°:4266 Le 30/04/2014 | Partager
La session transformée en foire d’empoigne entre le PI et le PJD

Désordre général lors de la dernière session du Conseil communal. L’intervention de  Amraoui, 1er vice-maire de Fès, a provoqué la colère des élus PJD qui ont perturbé le déroulement de la session

LE 1er vice-président du Conseil de la ville, Allal Amraoui, et la majorité des élus ont fermement condamné les propos d’Abdelilah Benkirane concernant l’insécurité à Fès, lors de la session du Conseil communal de Fès, qui s’est tenue, le 29 avril, au siège de la mairie. «Cette sortie de trop du chef du gouvernement pourrait avoir des répercussions très négatives sur l’investissement, nuire au tourisme, et au développement de la ville», indique Amraoui qui ajoute que les opérateurs économiques, comme les professionnels du tourisme ou les citoyens sont tous indignés. Que le chef de l’exécutif, dont les sorties sont très suivies au Maroc et à l’étranger, traite Fès de ville des voyous, «est un discours totalement destructeur et inapproprié que les élus doivent combattre avec fermeté». Pour Hassan Mohib, Mohamed Serghini et d’autres élus du parti de la lampe, «les propos du chef de l’exécutif doivent être discutés à l’hémicycle et non pas au Conseil communal».
En tout cas, ce n’est qu’après moult mises au point entre les élus PJD et PI que la session s’est poursuivie, mais non sans désordre. En effet, les 3 premiers points à l’ordre du jour ont été votés comme dans un «marché à la criée», en présence du représentant du wali, Noureddine Khaliss. Parmi eux, la révision de l’imposition de l’utilisation des espaces publics, ainsi que la location de l’espace destiné à la plage de Fès, la gestion déléguée du marché de poissons, les parkings, et la salle omnisports d’Al Adarissa, les panneaux publicitaires, écrans numériques, et affiches murales. Pour ce dernier volet, la taxe annuelle peut aller jusqu’à 120.000 DH selon les surfaces utilisées. Le Conseil a aussi voté l’annulation de tous les contrats de concession et de location des espaces publics en vue d’instaurer la nouvelle tarification. Ainsi, les panneaux dont la surface est inférieure à 12 m2 seront taxés à 5.000 DH/an, les 4/3 à 25.000 DH/an, et les écrans numériques à 80.000 DH/an. Les antennes des réseaux téléphoniques changent également de tarification. Ainsi, les opérateurs devront verser annuellement entre 40.000 et 100.000 DH selon la hauteur du capteur du signal.
Au total, 12 points ont été votés par les 57 élus de la majorité présents lors de cette session. Les 7 conseillers du PJD se sont abstenus. «Cette session ne devait pas être programmée en même temps que la réunion hebdomadaire parlementaire et n’a pas non plus intégré les points proposés par leur parti», expriment-ils.


De notre correspondant, Youness SAAD ALAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc