×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Régions

Casablanca/Habitat insalubre
L’échéance encore reportée à 2018

Par L'Economiste | Edition N°:4264 Le 28/04/2014 | Partager
2,4 milliards de DH pour boucler le programme complémentaire
12.000 ménages concernés
5 conventions visant à éradiquer le phénomène

Source: Wilaya de Casablanca

A ce jour, plus de 50.000 ménages sont déjà relogés, notamment dans les plus anciens bidonvilles de Casablanca (Bachkou, Sidi Moumen, Carrières centrales…). 46.000 autres  logements sont en cours de réalisation, dont 20.000 seront bientôt livrés

LES échéances se succèdent, mais le chantier d’éradication de l’habitat insalubre à Casablanca semble faire du sur place. Une décennie après la mise en place du programme ville sans bidonvilles, l’habitat menaçant ruine, les quartiers non réglementaires et les bidonvilles continuent de pulluler. D’ailleurs, dans son discours du 11 octobre 2013, le Souverain n’a pas manqué de tancer les autorités de la ville concernant les disparités sociales criantes de la métropole. 
Pour relancer le processus de relogement des habitants de bidonvilles et de l’habitat insalubre, cinq conventions ont été signées, jeudi 24 avril à Casablanca au siège de la wilaya. La première convention, portant sur le relogement de 12.000 ménages issus des bidonvilles du Grand Casablanca, est dotée d’une enveloppe de 2,4 milliards de DH, dont un apport de 300 millions de DH débloqué par le Fonds solidarité habitat.
«Il s’agit d’un nouvel élan dans la lutte contre l’habitat insalubre. L’objectif est de boucler le reliquat des programmes de 2006 et 2011 pour le relogement des bidonvillois», explique Khalid Safir, wali du Grand Casablanca.
En effet, à ce jour, plus de 50.000 ménages sont déjà relogés, notamment dans les plus anciens bidonvilles de Casablanca (Bachkou, Sidi Moumen, Carrières centrales…). 46.000 autres logements sont en cours de réalisation, dont 20.000 seront bientôt livrés. «Nous sommes aujourd’hui dans la phase de préparation du foncier pour réaliser les prochaines opérations au profit de 12.000 ménages restants, sachant que le programme global nécessite une enveloppe de 14 milliards de DH», a souligné Safir.
La deuxième convention concerne le financement de l’opération «Riad Idmaj Sakane» pour le relogement des résidents dans un bidonville situé à la commune Sidi Hajaj Oued Hessar (Médiouna), pour un budget de 594 millions de DH, auquel le Fonds solidarité habitat  (FSH) contribue à hauteur de 110 millions de DH.
Quant à la troisième convention, elle porte sur le financement de l’opération «Errachad» pour le relogement des résidents dans des habitations menaçant ruine à la commune El Mejattia Ouled Taleb (province de Médiouna), pour un montant de 666 millions de DH dont une participation du FSH qui se chiffre à 125 millions de DH.
Les quatrième et cinquième conventions portent, quant à elles, sur le financement d’une opération d’acquisition de 2.600 appartements auprès des promoteurs immobiliers par la Sonadac (Société nationale d’aménagement communal), afin de reloger les habitants des maisons menaçant ruine dans la zone du projet de l’Avenue royale. L’opération mobilise 624 millions de DH dont 104 alloués par le FSH.
En tout, les programmes de lutte contre l’habitat insalubre dans la région du Grand Casablanca portent sur le relogement de 106.670 familles, dont 44.772 déjà recasées en 2006, alors que 3.227 autres sont en stade de déménagement.
En plus, 7.008 familles seront recasées au niveau de la ville nouvelle de Zenata alors que 5.743 autres bénéficieront de l’opération dans les phases à venir.
A cela s’ajoutent le programme régional pour l’année 2011 qui cible 45.920 familles à reloger et le programme complémentaire concernant le relogement des familles bénéficiaires des deux premiers programmes, dont la réalisation est prévue entre 2014 et 2018 au profit de 11.665 familles.
«Des insuffisances persistent sur le plan de l’offre en matière d’éradication de l’habitat insalubre, malgré toutes les réalisations accomplies», reconnaît Mohamed Nabil Benabdellah, ministre de l’Habitat et de la politique de la ville, assurant qu’il existe une «véritable volonté politique» pour en finir avec ce phénomène.
«Le tout sera fin prêt en 2016. Les appartements sont en cours de construction, alors que les lots de terrain seront attribués entre 2015 et 2016», affirme pour sa part Safir.  En somme, d’ici 2018, les autorités de la ville promettent de déclarer Casablanca ville sans bidonvilles.


Aziza EL AFFAS

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc