×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Politique Internationale

Le deal Hamas-Fatah vu par la presse

Par L'Economiste | Edition N°:4263 Le 25/04/2014 | Partager
Pour les médias israéliens, l’accord inter-palestinien est une fuite en avant
La presse arabe mitigée quant à l’annonce d’un gouvernement d’union nationale

C’est la troisième annonce de réconciliation nationale en 7 ans maintenant, mais qui reste le seul espoir pour les habitants de Gaza de la fin d’un blocus qui n’a trop duré

L’ANNONCE d’une réconciliation inter-palestinienne, entre les frères ennemis Fatah et Hamas le mardi dernier, a suscité des réactions mitigées dans les différentes rédactions de la région. Du côté israélien, Haaretz titre «La réconciliation palestinienne loin d’être mise en œuvre». Le journal israélien fait état des doutes des services de renseignement hébreux quant à cette réconciliation. «Il s’agit d’un accord-cadre très général, délibérément vague et loin de la mise en œuvre… Malgré les intérêts communs et l’optimisme, il existe toujours une atmosphère de suspicion et de méfiance entre le Fatah et le Hamas», rapporte le quotidien. Pour ce dernier, cet accord est un moyen pour le Hamas de changer la position hostile de l’Egypte envers le groupe, d’assurer son intégration dans les institutions de l’OLP et, surtout, de donner à ses membres en Cisjordanie plus de marge de manœuvre. Le Jerusalem Post, quant à lui, titre: «Israël annule le prochain round des pourparlers après que le Fatah et le Hamas annoncent leur réconciliation». Ainsi Le Post rapporte une conversation entre le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le secrétaire d’Etat américain John Kerry. «C’est le modus operandi palestinien, à chaque fois qu’ils se rapprochent du moment décisif, ils se rétractent». Le Jerusalem Post rapporte aussi la réaction d’Avigdor Liberman, ministre israélien des Affaires étrangères: «C’est impossible de faire la paix avec Israël et le Hamas en même temps: Cette réconciliation signifie la fin des négociations entre Palestiniens et Israéliens».
C’est un tout autre son de cloche dans les journaux arabes. Au Liban, L’Orient le Jour titre: «Les Palestiniens scellent leur réconciliation au grand dam d’Israël». Le quotidien francophone libanais revient sur les scènes de liesse qui ont éclaté dans toute la bande de Gaza suite à l’annonce de l’accord inter-palestinien, tout en rappelant que ce n’est pas la première fois que les deux factions annoncent la formation imminente d’un gouvernement d’union nationale et qu’à chaque fois, l’accord est violé par le Hamas ou le Fatah.
L’édition francophone d’Al Manar (organe officiel du Hezbollah) est plus optimiste en titrant: «La réconciliation inter-palestinienne qui embarrasse Israël». L’article revient aussi sur les menaces proférées par les Palestiniens de «rendre les clés à Israël», à savoir dissoudre l’Autorité palestinienne en cas d’échec des pourparlers de paix.
Asharq Al Awsat revient lui aussi sur les menaces de dissolution de l’Autorité palestinienne. Pour le quotidien panarabe, il est peu probable que Mahmoud Abbas mette à exécution ces menaces. Après l’accord cadre conclu avec le Hamas et la réponse ferme de Netanayahu, «ils doivent soit dissoudre, ou entrer dans une union avec le Hamas». 


Amine ATER

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc