×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Régions

Kelaât M’Gouna: Mobilisation massive pour le Festival des roses

Par L'Economiste | Edition N°:4263 Le 25/04/2014 | Partager
Associations et population locale impliquées dans les préparatifs
4 millions de DH de budget pour un évènement qui booste l’économie de la région
L’élection de Miss Rose très attendue pour cette 52e édition du 22 au 25 mai

Pour toute la région, la rose représente un levier économique, culturel et touristique important. Il permet de soutenir les initiatives locales, la promotion des produits des petits producteurs locaux et la mise en place  de partenariats entre les acteurs de ce domaine

Célébrer la récolte des roses et la commercialisation des produits dérivés. C’est ce que les organisateurs de la 52e édition du Festival des roses s’apprêtent à faire en grande pompe, du 22 au 25 mai prochain. Cette année, «la démocratie participative» a été adoptée comme approche. Un concept qui privilégie le partage et l’implication massive des acteurs locaux dans la prise de décision. Ils deviennent ainsi des partenaires-organisateurs. Cette forme de participation rencontre un franc succès car renforce chez les participants le sentiment de citoyenneté active et impliquée. Cette légitimité octroyée à la population locale, représentée par des associations, fait donc la singularité de cette édition 2014. Pour toute la région, la rose représente un levier économique, culturel et touristique important, ce qui justifie la mobilisation massive.
A quelques semaines de la manifestation, Kelaât M’Gouna et Tinghir sont en effervescence pour la finalisation des derniers préparatifs. Il faut préciser toutefois que l’événement était prévu pour la première semaine du mois de mai, mais un problème d’acheminement des financements, notamment privés, a obligé les organisateurs à décaler la date initiale. La 52e édition du Festival des roses abritera aussi pour la seconde année consécutive le Salon de la rose. Une plateforme d’échange entre les différents opérateurs du secteur. Ce salon continue de soutenir les initiatives locales, la promotion des produits des petits producteurs locaux et la mise en place  de partenariats entre les acteurs de ce domaine. Il  accueillera environ 300 exposants dont la majorité représente les 25 communes de Tinghir, en plus d’un panel d’organismes nationaux et internationaux opérant dans des secteurs en corrélation avec la rose et ses dérivés. Un chapiteau d’une superficie de 4.000 m2 est prévu pour la tenue du Salon de la rose, pour sa version 2014. Près de 8.000 m2 seront, d’un autre côté, dédiés à l’artisanat et aux produits du terroir. Des conférences, tables-rondes et ateliers sont aussi prévus pour élargir les connaissances et optimiser les acquis notamment des agriculteurs, coopératives et entreprises participant à l’événement. L’un des moments fortement attendus par les festivaliers sera l’élection de Miss Rose. Cette tradition tient en compte la beauté des candidates mais aussi leur imprégnation des us et coutumes de la région parallèlement à l’acquisition d’une culture générale et d’un niveau scolaire acceptable. Le festival, qui a nécessité pour sa préparation un budget de 4 millions de DH, sera par ailleurs ponctué d’activités culturelles, artistiques et folkloriques diverses.

Super classement de CNN

L’objectif des organisateurs a toujours été d’avoir de la visibilité à l’international pour mieux servir les ambitions du festival. Challenge réussi puisque le Festival de la rose de Kalaât M’Gouna a pu attirer l’attention de la chaîne CNN. En effet, celle-ci l’a classé en 2013 parmi les cinq plus importants festivals en Afrique à ne pas manquer! (http://edition.cnn.com/2013/12/05/world/africa/voodoo-dances-mystic-tran...). Organisé par une agence d’événementiel marocaine, ce festival (ou moussem) s’est professionnalisé et a pu percer en 2013 grâce aussi à l’approche participative adoptée par les organisateurs  pour impliquer tous les acteurs de la région. Approche qui a évolué cette année en «démocratie participative».

Pour rappel, la 52e édition du Festival des roses de Kelâat M’Gouna est organisée sous l’égide du ministère de l’Agriculture et initiée par le Conseil provincial de Tinghir et la Fédération interprofessionnelle marocaine de la rose à parfum (FIMAROSE). Et ce, en collaboration avec le Conseil municipal de Kelaât M’Gouna, l’Agence nationale pour le développement des zones oasiennes et de l’arganier (ANDZOA), le Conseil provincial de tourisme de Tinghir. Avec l’appui du Conseil Régional du Souss-Massa-Draâ, de la Fondation du Grand Ouarzazate pour le développement durable,  ainsi que de plusieurs acteurs locaux et nationaux.  «Le monde rural, les contraintes du développement et les paris de l’avenir» est le thème retenu pour cette édition.

Pas d’infrastructure hôtelière digne de la destination

L’absence de mise à niveau des infrastructures locales pour accompagner un événement de cette envergure qui ferait de Kelaât M’Gouna une destination et non un lieu de passage avait été dénoncée dans notre édition N° 4032 du 16/05/2013. En effet, beaucoup de couacs avaient été relevés, entre autres, dans l’hôtellerie, la restauration et le service. Les autorités compétentes devraient se pencher sur la question en proposant des solutions pour améliorer l’existant. Ce qui n’a pas été le cas. Deux hôtels classés ayant été tout simplement fermés.

De notre correspondante, Fatiha NAKHLI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc