×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprises

L’achat en ligne séduit toujours

Par L'Economiste | Edition N°:4263 Le 25/04/2014 | Partager
Les Marocains plus attirés par les sites de paiement de redevances d'eau et d'électricité
Fast Payment, nouvel opérateur de paiement en ligne

L’achat en ligne a toujours le vent en poupe. L’activité enregistre une croissance à deux chiffres au terme du premier trimestre. Le secteur affiche un bond de 30%. Le volume des transactions s’est même bonifié de 31% pour atteindre 560.980 opérations, soit 297 millions de DH. «Ces réalisations sont supérieures à nos attentes», affirme Ismail Bellali, directeur général adjoint du Centre monétique interbancaire (CMI). A fin mars 2014, ce sont 71.951 porteurs de cartes qui ont effectué un achat en ligne. «Une performance plus que satisfaisante puisque les détenteurs de cartes ont évolué de 25% en une année», ajoute Bellali. En outre, 82% des opérations ont été effectuées à travers des cartes bancaires marocaines. Ces transactions ont pu générer un volume de 55 millions de DH. Cette évolution est accompagnée par l’augmentation du nombre des sites marchands. Le CMI en recense 134 nouveaux sites pour atteindre 358 à la fin de ce premier trimestre 2014.  Parmi ces sites, les interfaces de paiement des factures sont les plus sollicités. Cette année, les opérations effectuées sur les sites facturiers ont bondi de 42%, détrônant au passage les compagnies aériennes qui, elles, n’ont progressé que de 5%. Les sites facturiers attirent de plus en plus les clients marocains. Et ce grâce à l’initiative de plusieurs régies d’eau et d’électricité, notamment Lydec (Casablanca), Redal (Rabat) ainsi qu’Amendis (Tanger-Tétouan), qui ont surfé sur la vague de la numérisation. «Le côté pratique du concept intéresse les régies des autres villes, d’ailleurs la Radeef de Fès apporte les dernières touches pour le lancement du service de paiement en ligne», déclare Bellali. Par contre, la mode des sites d’achats groupés s’est essouflée. En effet, les opérations concernant les deals accusent les plus fortes baisses. Au terme de ce premier trimestre, les transactions se sont rétractées de 24% en comparaison avec la même période de l’année précédente.
Du côté des e-marchands, l’offre se développe de plus en plus. Plusieurs plateformes voient le jour et le champ de la concurrence s’élargit. Avec le lancement de Fast Payment, les plateformes de service de paiement (PSP) sont au nombre de trois. D’après Bellali, une quatrième plateforme est en cours d’homologation par le CMI. «Cela permettra de drainer de plus en plus de e-commerçants et ainsi de faire développer le secteur», renchérit le DGA.

La concurrence entre en jeu

Nouvel acteur dans le paysage du paiement en ligne. Après Payzone en janvier, Fast Payment (FPay) fait son entrée dans le secteur. «Après deux ans de préparation et une enveloppe de départ de 5 millions de DH, la plateforme est enfin opérationnelle», affirme Younes Azennoud, le PDG de l’opérateur FPay.  En outre, la plateforme est présentée comme étant la première à être certifiée PCIDSS niveau 1 au Maroc. En s’adossant à cette norme, l’opérateur se doit de répondre aux exigences internationales relatives à la sécurité des données pour les industries de cartes bancaires (telles que CMI, Visa, Master Card ou encore American Express). Par ailleurs, l’opérateur vise 500 sites marchands d’ici la fin d’année. Pour atteindre son objectif, la plateforme dévoile une offre adaptable aux besoins de chaque professionnel. Des fonctionnalités pratiques sont également mises en place, comme des tableaux de bord téléchargeables, ou la synchronisation avec plusieurs supports. De même, l’opérateur met en place une tarification plus attrayante. «La commission est de l’ordre de 0,25%, encore moins cher que ses principaux concurrents qui appliquent un prix de 0,5%», relève le PDG.

A. Lo

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc