×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Les Cahiers de l'Émergence

Marché de gros: Inezgane s’offre une nouvelle plateforme

Par L'Economiste | Edition N°:4262 Le 24/04/2014 | Partager

ENFIN, une nouvelle plateforme pour le plus important marché de gros du Maroc, celui de la préfecture d’Inezgane Aït Melloul. Proche des exploitations agricoles, elle est desservie par plusieurs axes routiers et approvisionne tous les marchés du pays.
Malgré cette importance commerciales le marché offre encore en termes d’infrastructures une image et des conditions d’exploitations moyenâgeuses alors que sa notoriété dépasse nos frontières. L’infrastructure est aussi très connue sur les marchés européens et russes. Installé en plein centre-ville, et comptant une surface de 71.000 m², 401 locaux répartis en 613 carrés, et une structure d’expédition de 3.000 m², ce marché est aujourd’hui en cours de réaménagement. L’objectif étant de remplacer les actuels équipements devenus vétustes, mais aussi mieux structurés.
Le chantier réalisé actuellement à plus de 70% a nécessité un investissement de 120 millions de DH. Il restera après cela à assainir la gestion de ce marché local qui n’échappe pas à la prédominance des intermédiaires avec une forte résistance au changement.
Pour rappel, c’est au départ d’Inezgane que s’acheminent 40 à 50 camions par jour vers toutes les villes du Royaume. Et même vers l’Afrique subsaharienne. Quelque 300 à 400 tonnes de fruits et légumes par jour y sont exportés de manière totalement informelle.
Globalement, ce sont 200.000 à 400.000 tonnes par an de fruits et légumes qui sont écoulés sur ce marché toutes destinations confondues. Une activité qui génère des milliers d’emplois et fait vivre 30.000 personnes dont 1.300 porteurs.
Pour la commune, qui en a délégué la gestion, la plateforme ne représente cependant que 12% de ses revenus qui ne dépassent pas au total 90 millions de DH.


Malika ALAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc