×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Les Cahiers de l'Émergence

90% des projets agréés par l’ADA déjà lancés

Par L'Economiste | Edition N°:4262 Le 24/04/2014 | Partager
227.470 ha plantés et 139 unités de valorisation créées
Le partenariat public-privé au coeur du processus

Les responsables de l’Agence de développement agricole assurent que les projets du plan Maroc Vert vont bon train. A ce jour, plus de 227.470 hectares ont été plantés et 139 unités de valorisation ont été construites et équipées

«LA mise en oeuvre du plan Maroc Vert va bon train». Le constat est dressé par le DG de l’Agence de développement agricole Mohamed El Guerrouj. Pour le pilier I, pas moins de 148 projets totalisant un investissement de 31,5 milliards de DH ont été lancés. Des projets qui doivent profiter à plusieurs milliers d’agrégés. Pour l’agriculture solidaire, environ 490 projets ont été mis en place, avec un investissement de 13,33 milliards de DH. Dans les détails, plus de 227.470 hectares ont été plantés et 139 unités de valorisation ont été construites et équipées. Ce qui permet au DG de l’ADA d’avancer un taux de réalisation de 90% des projets agréés. La répartition par régions fait apparaître la prédominance des zones montagneuses puisque l’essentiel des projets porte sur des plantations arboricoles.

Parallèlement, l’Agence de développement agricole poursuit le déploiement du programme d’agrégation pour renforcer les capacités des agriculteurs et favoriser la création d’une plus grande valeur ajoutée. Ainsi, près de 52 projets ont bénéficié des attestations d’agrégation bien que les textes d’application de la loi éponyme n’ont pas encore été adoptés. Ces projets portent sur plusieurs filières agricoles comme les agrumes, l’olivier, les céréales, les cultures sucrières… Un processus qui ira en se renforçant dans la mesure où la loi sur l’agrégation donne déjà une visibilité sur les relations de partenariat entre agrégateurs et agrégés. «Un modèle novateur qui sécurise les transactions et fixe les droits et obligations des parties», souligne El Guerrouj.
Par ailleurs, ces opérations d’agrégation favorisent également le développement de partenariats public-privé. Ceux-ci portent sur les terres agricoles du domaine privé de l’Etat, passés en location pour de longues durées, pouvant atteindre 40 ans. Pour les responsables de l’ADA, l’objectif est de «mobiliser les capitaux privés nationaux et étrangers, pour la réalisation de projets permettant une valorisation optimale des terrains et la création de l’emploi en milieu rural». L’idée est aussi de favoriser la création d’une plus grande valeur ajoutée, notamment à travers la création de complexes agro-industriels.
Cependant, la réalisation de ces objectifs reste liée à la forte dépendance de l’agriculture nationale des conditions climatiques, en particulier les déficits hydriques. C’est pour cela qu’en plus du programme d’économie d’eau prévu par le plan Maroc Vert, les responsables de l’ADA insistent sur l’importance de développer l’assurance agricole.
Parallèlement, «le pilier II intègre une dimension relative au changement climatique, notamment à travers des projets intégrés qui prennent en considération les spécificités pédoclimatiques de chaque territoire, et ses contraintes liées aux ressources en eau», est-il signalé.

Plateformes logistiques

LA stratégie de développement de la production agricole passe également par le renforcement de la valorisation des produits du terroir. En effet, cela concerne la création de plateformes logistiques et commerciales régionales ainsi que le développement de partenariats commerciaux. C’est dans ce cadre que s’inscrit le programme de mise à niveau de groupements des produits du terroir. Concrètement, il s’agit d’appuyer ces producteurs en termes de gouvernance, de marketing et de financement.
Parallèlement, un autre programme d’accompagnement pour l’accès aux grandes et moyennes surfaces a permis à 29 groupements de producteurs d’être référencés auprès de ces enseignes de distribution, avec près de 200 produits. Cela porte notamment sur une commande qui dépasse les 10 millions de DH.

M. A. M.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc