×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Les Cahiers de l'Émergence

Financement: Crédit Agricole fait cavalier seul

Par L'Economiste | Edition N°:4262 Le 24/04/2014 | Partager
La banque a alloué 24 milliards de DH de crédits
Les interventions des autres établissements semblent moins importants

Crédit Agricole du Maroc (CAM) s’était engagé à accompagner le plan Maroc Vert avec notamment une enveloppe de crédit de 20 milliards de DH. A mi-parcours, la banque a décaissé 4 milliards de DH supplémentaire. Les autres établissements sont moins loquaces sur leurs réalisations

A mi-parcours du plan Maroc Vert, Crédit Agricole du Maroc (CAM) est allé au-delà de ses engagements, du moins sur la partie financement. La banque a décaissé 24 milliards de DH de crédits, selon Tariq Sijilmassi, président du directoire du CAM. C’est 4 milliards de DH de plus que le montant annoncé lors du démarrage du plan en 2009. «Nous avons rempli nos objectifs», se félicite Sijilmassi. L’accompagnement du CAM a concerné aussi bien le financement des grands projets structurants que celui des petits agriculteurs.
La banque avait décidé en 2011 d’alléger la dette des petits fellahs. Le dispositif concerne pas moins de 80.000 agriculteurs. Pour le patron du CAM, «le plus grand challenge pour les années à venir sera de transformer l’essai sur l’agriculture solidaire». La branche bénéficie jusqu’ici d’importantes subventions. Il reste à ce que ces aides soient réellement productives.
L’idée est aussi d’utiliser le levier bancaire. Idéalement, il faudrait que les subventions soient couplées à un crédit pour pouvoir d’abord démultiplier l’effort puis aussi casser l’esprit de l’assistanat», souligne Sijilmassi. Si le CAM est sur son terrain de prédilection dans le financement du secteur agricole, l’intervention des autres établissements sur ce créneau semble encore timide. Attijariwafa bank et Banque Populaire s’étaient pourtant engagé sur des volumes de crédits respectifs de 25 et 20 milliards de DH. Cinq ans après le démarrage du plan, elles sont peu bavardes sur les montants réellement décaissés. L’offre, elle, existe en tout cas. Le pacte Vert d’Attijariwafa bank prévoit des solutions de financement pour l’ensemble des filières du secteur agricole mais également une offre d’assurance. Un fonds d’investissement «Agram Invest» a été également créé. Elle est destinée à prendre des participations de l’ordre de 10 à 30% dans des sociétés dans l’agroalimentaire ou l’agro-industrie. La durée d’investissement peut varier de 5 à 7 ans.
De son côté, le programme Filahi de la Banque Populaire cible les opérateurs des filières agrumes, lait, viandes rouges, céréales ou encore aviculture. La durée des crédits sur certaines filières peut atteindre 15 ans avec la possibilité d’un différé de remboursement d’au plus 3 ans. En outre, la banque peut apporter jusqu’à 80% du montant de l’investissement.


F. Fa

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc