×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Competences & rh

Mena: Petite santé des business schools

Par L'Economiste | Edition N°:4261 Le 23/04/2014 | Partager
La région, grande oubliée des classements et accréditations de prestige
Le bilan ciblé de la fondation européenne pour le développement du management

L’éthique, au coeur du débat de l’European Foundation for Management Development (EFMD) qui regroupe les plus grandes universités et business schools du monde et particulièrement d’Europe. Chaque année, ses membres se réunissent pour réfléchir sur l’avenir de l’éducation dans l’enseignement supérieur en matière de management. Toutefois, lors de leur dernier congrès annuel où le monde entier était représenté, les thématiques abordées ne concernaient que peu ou prou les pays émergents. D’où l’idée d’organiser d’autres conférences par régions. EFMD Mena 2014 a ainsi été abritée par HEM Marrakech, avec un thème tout trouvé. “L’impact et le rôle des écoles de commerce dans la société”. Au gré d’un programme répondant à des problématiques d’écoles et universités en management de la région Mena, les débats ont focalisé sur la compétitivité des business schools et de la stratégie à adopter pour l’augmenter. Deux constats aussi: sur tous les classements majeurs établis dans le monde, comme celui du Financial Times, aucun ne concerne la région Mena. Concernant les accréditations accordées par l’EFMD, les plus prestigieuses sont Equis, donnée à un établissement, et Epas, celle liée à un programme. Un label qui garantit à l’étudiant des enseignants nombreux et de très haut niveau, des partenaires universitaires de renom et des entrées dans les plus grandes entreprises. Mais pour pouvoir postuler, il faut prodiguer un enseignement intégralement en anglais. Un label, fait pour les pays développés, que l’on trouve donc très peu dans la région Mena. Classements et accréditations restent donc les grandes inconnues. Une des plénières de la conférence, qui colle au thème choisi, est celle sur le rôle des business schools dans la transmission des valeurs et le sens de l’éthique.
HEM a pu, dans ce cadre, parler de son expérience auprès de ses étudiants et réfléchir sur cette transmission dans une société qui ne donne pas toujours le bon exemple. Le président de l’université Cadi Ayyad, Abdellatif Miraoui, a, quant à lui, parlé de son expérience sur un sujet qui rencontre un franc succès, les cours en ligne appelés MOOCs. Loin du modèle international, le système proposé par l’établissement de Marrakech essaye de pallier les soucis de pédagogie (amphithéâtres bondés et cours exclusivement en français). L’idée était d’enregistrer les cours les plus importants afin de les mettre en ligne et ainsi permettre aux étudiants de pouvoir les réécouter à leur guise.
Des MOOCs “low cost”, comme les qualifie Miraoui, qui offrent une meilleure assimilation à des étudiants qui ne maîtrisent pas tous parfaitement le français. Au cours de ces débat, des ateliers ont été consacrés aux réseaux d’anciens étudiants, très prolifiques aux Etats-Unis et en Europe, mais beaucoup moins dans la région Mena, ou aux levées de fonds pour la recherche. Dans ces régions, la recherche fondamentale n’est pas encore accessible, car demande de gros investissements et de nombreux chercheurs. Elle est pourtant l’un des critères demandés par le label Equis.

Servir de moteur à un Maroc en mouvement

HEM, adhérente de l’EFMD depuis une dizaine d’années, déploie son modèle pédagogique à travers ses 5 campus à Casablanca, Rabat, Marrakech, Tanger et Fès. HEM propose, à temps partiel, un Executive MBA et différents cycles supérieurs. Des programmes en double diplômation avec de prestigieux établissements étrangers. Dans un objectif d’enrichissement permanent de ses contenus, HEM est le 1er établissement privé marocain à se doter d’un centre de recherche, Cesem.

Stéphanie JACOB

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc