×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Competences & rh

Bourse: Les dossiers se préparent dès le bac

Par L'Economiste | Edition N°:4261 Le 23/04/2014 | Partager
Dépôts de demande en mi-juin
La carte «Minhati» de Barid Bank facilite la vie aux étudiants
2014, plus de 230.000 bénéficiaires

Le ministre de l’Enseignement supérieur Lahcen Daoudi souligne que le calendrier des bourses pour la prochaine rentrée universitaire 2014-2015  ne connaîtra pas un grand changement par rapport à l’année dernière. L’objectif est de ne pas faire coïncider la période de préparation des demandes de bourses avec celle du baccalauréat

Comment décrocher une bourse? Les bacheliers doivent préparer leur demande à partir de mi-juin et les déposer auprès de leurs lycées ou délégation.
Une fois que les résultats du baccalauréat sont affichés, le ministère de l’Enseignement supérieur en collaboration avec le département de l’Education nationale et le ministère de l’Intérieur sélectionnent les étudiants éligibles. Plusieurs critères entrent en jeu notamment les conditions socioéconomiques des parents. 
Cette année, près de 230.000 ont bénéficié des bourses sociales contre seulement 120.000 il y a plus d’une une dizaine d’années.
Il s’agit d’une vraie contribution pour accompagner les jeunes en situation défavorable.
Néanmoins, même si l’assiette des bénéficiaires a bel bien connu un accroissement important, les montants des bourses restent faibles par rapport au coût de la vie. Malgré les efforts gouvernementaux, les bacheliers inscrits en 1re année universitaire ne reçoivent que 630 DH/mois et 730 DH/mois pour les étudiants en cycle master (2e cycle) durant une période de 10 mois.
Cependant, pour les inscrits en 2e cycle, la tutelle adopte le critère de sélection social au-delà du mérite. Pour les doctorants, la somme s’élève à 1.000 DH/mois durant 12 mois. Ces dépenses constituent près de 50% du budget de fonctionnement du ministère de l’Enseignement supérieur. Ils ont atteint en 2013 plus de 1.250 millions de DH, alors qu’il était seulement de 528 millions de DH en 2000.
Parallèlement, le ministère octroie cette aide à 100% des universitaires issus des provinces du Sud. En outre, un budget de 11 millions de DH sous forme de bourses est consacré à 1.000 étudiants des Marocains résidents à l’étranger, ceci en collaboration avec le ministère chargé des MRE et des affaires de la migration.
Par ailleurs, afin de faciliter l’accès aux bourses, la tutelle a également déployé des efforts pour réduire les files d’attente devant les guichets de la Trésorerie générale du Royaume notamment dans les grandes villes.
A présent, suite à une convention signée entre le ministère de l’Enseignement supérieur, la Trésorerie générale et Barid Bank, les étudiants peuvent retirer le montant de l’aide financière grâce à la carte «Minhati» de Barid Bank.
En dehors des bourses sociales ou d’études, il y a celles de mérite et de coopération. Cette année par exemple, le Centre national de recherche scientifique et technique (CNRST) a attribué près de 300 bourses d’excellence. Il s’agit de 3.000 DH/mois pour les doctorants.
Plus de 790 bourses de coopération ont été octroyées aux étudiants désirant poursuivre leurs études à l’étranger. Le Sénégal est le 1er sur la liste avec 100 bourses, suivi de la Tunisie qui consacre 75. Pour la prochaine rentrée universitaire, le ministère a signé de nouvelles conventions de coopération. Désormais, les étudiants pourront poursuivre leurs études à l’université d’Ottawa au Canada et en Hongrie grâce à la bourse d’études en étranger. Le ministère est également en cours de préparation d’un projet  de convention avec le Japon pour que les étudiants marocains découvrent une culture et un nouveau mode de formation.

Bourse de coopération
Excellence académique: Un critère de sélection

Si vous êtes intéressés par les bourses d’études à l’étranger, il suffit de retirer et déposer les dossiers, selon le calendrier et les conditions spécifiques à chaque pays, auprès de la Direction de la coopération et du partenariat du ministère ou des centres Irchad Attalib. Les dossiers peuvent également être téléchargés sur le site web du ministère www.enssup.gov.ma.
Excellence académique, articulation des filières choisies par les candidats avec la stratégie nationale ainsi que les conditions spécifiques au pays d’accueil sont les différents critères qui entrent en jeu afin de sélectionner les boursiers. C’est une commission nationale qui se charge de l’opération de sélection des candidats aux différents programmes de bourses d’études à l’étranger.

Rajaa DRISSI ALAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc