×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique

Sahara: Le Maroc met la pression

Par L'Economiste | Edition N°:4259 Le 21/04/2014 | Partager
Omar Hilale transmet un message royal à Ban Ki-moon
Le Souverain insiste sur le respect du cadre de négociations défini par le Conseil de sécurité
Appel à un encadrement précis du mandat de l’envoyé personnel de Ban Ki-moon

A quelques jours du vote d’une nouvelle résolution du Conseil de sécurité sur le Sahara, le Maroc a manifesté une «ferme opposition à toute sortie du cadre de négociations, et à toute tentative d’instrumentalisation de la question des droits de l’homme, afin de porter atteinte à l’intégrité territoriale du Royaume»

A quelques jours du vote par le Conseil de sécurité d’une nouvelle résolution sur le Sahara, le Maroc continue de mettre la pression. En effet, Rabat est mobilisée pour défendre le bien-fondé de sa position. Après l’entretien téléphonique entre le Roi et Ban Ki-moon, suite à la publication de son dernier rapport sur le Sahara, le Maroc revient à la charge. Omar Hilale, nouveau représentant permanent du Royaume auprès des Nations unies, vient de rencontrer le secrétaire général de cette organisation. Le diplomate devait lui remettre un message royal. Le ton est d’emblée donné: «Toute sortie de ce cadre serait périlleuse pour l’ensemble du processus de négociations». Rabat semble ainsi déterminée à rejeter toute décision qui porte atteinte à ses intérêts. C’est dans ce sens que le message royal souligne l’importance de «rester fidèle et respecter les termes de la résolution du Conseil de sécurité de 2007, qui fixe le mandat de l’envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU». En clair, le Maroc met en garde contre toute tentative de dérapage du processus de résolution de ce conflit, notamment à travers l’instrumentalisation de la question des droits de l’homme. Le Souverain l’avait déjà précisé lors de son entretien avec Ban Ki-moon. Il a appelé à «préserver le cadre du mandat de la médiation, la promotion de la solution politique, et l’encadrement du mandat de l’envoyé personnel avec des termes précis». Car, si le Maroc n’a cessé de rappeler son attachement au processus de règlement politique sous l’égide des Nations unies, il ne pourrait tolérer d’éventuels dérapages. Rabat a manifesté une «ferme opposition à toute sortie de ce cadre, et à toute tentative d’instrumentalisation de la question des droits de l’homme, afin de porter atteinte à l’intégrité territoriale du Royaume».
En effet, face à leur échec à s’impliquer sérieusement dans le processus de négociations, les ennemis de l’intégrité territoriale n’ont cessé de faire du bruit autour de la question des droits de l’homme. Or, au moment où les populations à Tindouf sont privées de leurs droits les plus élémentaires, «le Maroc a réalisé de grands progrès sur la voie de la promotion des droits de l’homme, dans les provinces du sud», a indiqué Mustapha El Khalfi, ministre de la Communication, à l’issue du dernier Conseil de gouvernement. Une évolution «manifestement reconnue et saluée dans le rapport du secrétaire général de l’ONU», a-t-il ajouté.
Aujourd’hui, Rabat continue de mettre la pression pour accélérer le processus de résolution de ce conflit qui n’a que trop duré… Cela, sur la base de la proposition marocaine d’accorder une autonomie élargie à ses provinces. Une solution considérée par plusieurs puissances internationales comme «crédible, réaliste, sérieuse, et offrant un cadre à même de mettre un terme à ce conflit artificiel». Et le Maroc ne ménage aucun effort pour interagir avec les mécanismes onusiens dans ce domaine. C’est dans ce cadre que s’inscrit la reprise,  la semaine dernière, des échanges de visites familiales entre les provinces du sud et les camps de Tindouf. Ce mécanisme de renforcement de la confiance, supervisé par le Haut commissariat aux réfugiés, a permis à près de 20.000 personnes d’en bénéficier depuis son lancement en mars 2004. Pour la dernière opération, 191 personnes, appartenant à 42 familles, ont fait le déplacement dans les deux sens. Ainsi, 48 sahraouis, originaires de Oued Eddahab et Aousserd, appartenant à 12 familles, se sont dirigés vers les camps de Tindouf, dans un avion qui avait ramené 143 personnes de l’autre côté des frontières. Cette reprise des échanges de familles, en suspens depuis août 2013, a coïncidé avec une visite du Souverain à Dakhla, l’une des principales villes des provinces du sud, qui connaît une véritable dynamique de développement.

Projets de développement

LA visite royale à Dakhla, lors de laquelle le Souverain a accompli la prière du vendredi, a été marquée par le lancement de certains projets, par une délégation ministérielle, qui a fait le déplacement sur place. Elle est composée de Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture, Mohamed Hassad et Charki Draiss, en charge de l’Intérieur. Les projets lancés portent sur l’usage de pots en terre cuite pour la pêche de poulpes, et sur l’équipement des barques de pêche artisanale, en contenants normalisés isothermes. Des initiatives importantes dans cette ville côtière, connue pour ses richesses halieutiques.

Mohamed Ali MRABI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc