×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie Internationale

Risques sectoriels
Les firmes américaines reprennent du poil de la bête

Par L'Economiste | Edition N°:4259 Le 21/04/2014 | Partager
Hausse de leurs résultats et de leur profitabilité
L’Asie pénalisée par la «surcapacité» de certains secteurs chinois

La moitié des secteurs passés au crible par Coface sont en risque «moyen», tandis que le reste est à un ou deux crans au-dessus. L’Europe de l’Ouest sort lentement de la récession, mais a encore du mal à retrouver sa stabilité

Si le monde émerge petit à petit de la crise mondiale, le risque sectoriel se traduit différemment selon les régions. Le baromètre trimestriel de Coface, qui passe àla loupe 14 secteurs dans les trois grands pôles économiques mondiaux, (janvier-mars 2014), souligne que l’Amérique du Nord s’en sort au mieux, suivie d’une Europe en convalescence, alors que l’Asie émergente suscite des inquiétudes.
Le groupe d’assurance constate qu’en Amérique du Nord, les résultats des entreprises sont en constante amélioration, ainsi que leur situation financière. Un constat qui rejoint les conclusions du cabinet Deloitte, qui place 4 entreprises américaines dans le top 10 mondial des champions industriels de la consommation, tout en appuyant sur l’amélioration de leurs marges bénéficiaires (voir L’Economiste n°4258 du 18 avril).
Ainsi, les analystes de Coface estiment que «la majorité des secteurs sont évalués en «risque moyen» et les perspectives à court terme sont favorables dans plusieurs secteurs» en Amérique du Nord. Le groupe souligne notamment la stabilité du textile-habillement, avec 6.000 emplois en plus et une accélération de l’investissement avec une enveloppe 4 milliards de dollars prévus pour 2014. Retour à meilleure fortune également dans la mécanique et l’automobile qui sont aussi citées en exemple. La première a affiché une profitabilité à 17,5% en 2013 et attire de plus en plus d’investissements, et la seconde consolide son assise financière.
Une santé qui contraste avec le lent redressement des secteurs automobile et mécanique en Europe de l’Ouest. Ces secteurs sont encore classés dans la catégorie «risque élevé». Coface conseille encore la vigilance vis-à-vis de l’automobile, malgré une «dynamique positive illustrée par 6 mois consécutifs de hausse des ventes, et souligne que la métallurgie est en perte de vitesse, avec un chiffre d’affaires et une profitabilité en «recul persistant». Le risque en construction est considéré comme «élevé», avec une baisse de 10% des ventes.
L’Asie émergente est pénalisée par la Chine, où «le ralentissement de l’activité met à nu des difficultés structurelles qui affectent la profitabilité des entreprises». Des défis de restructuration se dressent devant les secteurs en surcapacité, comme la métallurgie.


Rime AIT EL HAJ

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc