×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Ouarzazate
L’élevage familial pour vaincre la précarité

Par L'Economiste | Edition N°:4258 Le 18/04/2014 | Partager
Appui financier de l’UE de 145.000 euros à 450 femmes rurales
L’élevage caprin, une expérience réussi

La commercialisation des produits fermiers permet aux femmes d’améliorer leurs conditions de vie grâce à une activité économique durable génératrice de revenus

Améliorer le revenu des familles nécessiteuses dans la région d’Ouarzazate. C’est dans cette optique que l’association Rosa pour le développement de la femme rurale a conduit un projet d’appui à l’élevage familial, notamment de chèvres, brebis, lapins, ruches et poules. Pour l’installation de ces petits projets générateurs de revenus au bénéfice de 450 femmes de différents douars, l’association a obtenu un appui financier de 145.000 euros de l’Union européenne.  L’association Rosa a présenté ses réalisations après trois ans de travail entre avril 2011 et avril 2014. Sa fierté, une fromagerie à Hay Tamassinte et un projet d’élevage de chèvres. Des expériences réussies grâce à la croissance rapide des bénéfices de l’élevage caprin qui a conduit Rosa à regrouper les éleveuses de chèvres dans une coopérative nommée Corosa. De ce projet est née en 2010 une unité de fabrication de fromage, dont le lait est collecté et acheté auprès des femmes bénéficiaires d’élevage caprin. Outre le fait que les femmes diversifient leur alimentation et celle de leur famille, la commercialisation des produits fermiers dont le lait, le beurre, les œufs, le miel, la viande, leur permet d’améliorer leurs conditions de vie en valorisant leurs statuts et en entreprenant une activité économique durable génératrice de revenus. Le choix s’est porté sur l’élevage caprin laitier car il semblait le plus adapté aux petites exploitations vu leurs ressources fourragères limitées. En partenariat avec la délégation de l’Union européenne, Rosa, créée en 2005, a orienté ses premiers projets sur le développement de cette filière à travers la distribution d’animaux de race améliorée, race alpine. Cela a permis le renforcement des capacités des femmes rurales dans la conduite de l’élevage. Les premières expériences sur le terrain ont confirmé la pertinence de ces projets pour accompagner les femmes rurales vers l’autonomie alimentaire et l’insertion économique et sociale. La démarche s’est poursuivie avec la  diversification des filières animales, notamment caprins, ovins, ruches, lapins et volailles. Les ressources financières de l’association sont constituées principalement de subventions de l’association Elevages sans frontières (ESF), de l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH) et de la délégation de l’Union européenne auprès du Royaume du Maroc (UE).


De notre correspondante, Fatiha NAKHLI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc