×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Politique Internationale

Ukraine: Négociations ouvertes dans un climat tendu!

Par L'Economiste | Edition N°:4257 Le 17/04/2014 | Partager
Washington, Bruxelles, Kiev et Moscou à Genève
Risque d’affrontement des forces russes et loyalistes à l’est

LES premières négociations internationales entre les parties prenantes au conflit ukrainien s’ouvrent aujourd’hui, jeudi

p

17 avril, à Genève, dans un contexte extrêmement tendu. Joutes verbales, accusations, menaces et démonstrations de force ont atteint un nouveau degré la veille, installant plus que jamais la frontière au bord de la confrontation militaire. Et pour cause, Kiev a fini par passer à l’offensive hier, mercredi 16 avril, au troisième jour du lancement de «l’opération antiterroriste de grande envergure», déployant une première unité de la Garde nationale dans l’est du pays comme annoncé la veille. Ces troupes sont en grande partie constituées des manifestants de la place Maïdan, reconvertis à l’occasion en «pourfendeurs de l’unité territoriale» de leur pays.
Pour Vladimir Poutine, l’envoi des troupes ukrainiennes contre les insurgés à l’est représente «un recours inconstitutionnel à la force contre des manifestations pacifiques» et «une escalade brutale du conflit qui met le pays au bord de la guerre civile». Pour sa part, la Maison-Blanche estime que la réponse du pouvoir central est particulièrement «mesurée» au vu de l’importance de la menace et de la position «intenable» dans laquelle il se trouve. Une divergence de points de vue telle qu’elle donne déjà un avant-goût de l’ambiance qui doit régner à Genève aujourd’hui, dans les négociations qui réunissent autour d’une même table Washington, Bruxelles, Kiev et Moscou.
Mais alors même que la Russie critiquait la présence des forces loyalistes à la frontière orientale de l’Ukraine, des hommes armés portant des uniformes sans insignes, rappelant curieusement les étranges soutiens russes en Crimée, étaient déployés à 40 kilomètre au nord de Slaviansk. Cette ville, contrôlée depuis samedi par les insurgés, est devenue le symbole des dernières victoires des séparatistes. Des renforts ont parallèlement été héliportés à 15 km au sud.
Vassyl Kroutov, numéro deux des services de sécurité ukrainiens (SBU) en charge de l’opération «anti-terroriste», a indiqué que ces «insurgés non identifiés» font partie des «troupes spéciales du GRU», le renseignement militaire russe,

>

«qui sont entrainés au conflit», et qui auraient pour ordre de «tirer pour tuer», selon les informations obtenues par le service secret ukrainien. Kroutov estime qu’il s’agit d’un «ennemi difficile», assurant que 300 d’entre eux ont encore franchi la frontière russo-ukrainienne en début de semaine. Dans ce contexte, il a donné pour consigne de «liquider» tout insurgé qui ne déposerait pas les armes.
Les négociations s’annoncent donc périlleuses, à l’heure où Kiev accuse Moscou de «construire un nouveau mur de Berlin» en étant à l’origine de la pire crise depuis la fin de la guerre froide. Accusations portées aussi par le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, et violemment rejetées par le Kremlin qui reproche au camp adverse de ne «pas avoir respecté l’accord du 21 février, qui aurait pu mener à une fin diplomatique à la situation en Ukraine».
Pour faire pression sur la diplomatie russe, jusque-là intraitable, Washington s’est dite prête à passer à un nouveau stade de sanctions si les pourparlers de Genève échouaient, ce qui est très probable. Il s’agirait soit de l’allongement de la liste des personnes touchées par les sanctions, soit de restrictions sur des secteurs clés de l’économie russe, comme l’énergie.


Rime AIT EL HAJ

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc