×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Politique

Faux certificats médicaux: Fin de l’impunité?

Par L'Economiste | Edition N°:4257 Le 17/04/2014 | Partager
Un médecin écope de 10 mois de prison ferme et 20.000 DH d’amende
Des certificats négociés à partir de 100 DH

Obtenir un certificat médical est devenu une chose facile. Un guichet est mis à disposition des patients dans tous les hôpitaux. Il suffit de payer pour avoir le document sans même être examiné

«Je suis un peu fatigué et j’ai besoin d’un break», un prétexte parmi tant d’autres pour avoir un certificat de complaisance qui s’obtient sans la moindre difficulté. Le ministre de l’Education nationale s’était ému publiquement des dégats de l’absentéisme des professeurs qui recourent abusivement aux arrêts maladies bidon. Pour la première fois, la justice vient de frapper en condamnant un médecin à 10 mois de prison ferme et à 20.000 DH d’amende.
Arrêté le 24 février dernier, Mohamed Faik, avait été placé par le parquet général en détention préventive pour avoir délivré des certificats médicaux contenant de fausses données et sans procéder à des examens. Ce toubib remettait le faux document sans consultation, voire sans demander l’identité du patient pour des honoraires allant de 100 à 700 DH selon la durée de l’arrêt maladie.
Une de ses victimes, Laila Zirizir, MRE, a contacté L’Economiste pour raconter son histoire. «Suite à une altercation avec une voisine, celle-ci avait demandé les services de ce médecin pour me poursuivre en justice. Le médecin sans même l’auscultait lui avait remis un certificat médical de 30 jours qu’elle a fait valoir devant le tribunal».
Les éléments de la sûreté nationale à Rabat avaient procédé en février dernier à l’arrestation du praticien, après avoir mis la main sur un individu qui jouait le rôle d’intermédiaire entre lui et les personnes souhaitant obtenir un certificat médical sans se soumettre aux examens nécessaires, moyennant des tarifs variables selon la durée d’arrêt de travail demandée.
Se procurer un certificat médical de complaisance est aussi facile que rapide.  L’acte s’est banalisé. Pas besoin de simuler une maladie. Un procédé courant quand il s’agit d’absence non justifiée, mais pas seulement. C’est encore plus grave quand il s’agit d’emprisonner des innocents ou les cas de procédures d’héritage avec des documents antidatés pour des morts.
Une enquête publiée sur nos colonnes (cf. L’Economiste du 22 février 2013) a démontré qu’ «il suffit de se présenter chez le médecin et de lui demander directement un certificat médical. La réalité du terrain révèle l’organisation d’une véritable industrie».   La pratique est répondue tout particulièrement chez les médecins internes qui n’hésitent pas à faire des certificats bidon de deux ou trois jours pour se faire un peu d’argent de poche.


Mariem TABIH

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc