×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique Internationale

L’Ukraine agite la Douma

Par L'Economiste | Edition N°:4253 Le 11/04/2014 | Partager
Requête parlementaire contre Gorbatchev, jugé à l’origine de la crise actuelle
Conseil de l'Europe: Suspension du droit de vote des députés russes

Si Moscou avait habitué les observateurs à des réactions inattendues tout au long de la crise ukrainienne, un groupe de députés russes vient de battre tous les records. Il a tout bonnement demandé l’ouverture d’une enquête judiciaire à l’encontre de l’ex-président Mikhaïl Gorbatchev, jeudi 10 avril. Ces députés le tiennent pour responsable de l’éclatement de l’URSS en 1991 et, par transitivité, de la mort de la centaine de manifestants dans la répression de la contestation qui a entraîné la chute de Viktor Ianoukovitch.
Mikhaïl Degtiarev, l’un des députés signataires de la requête, est conscient qu’à 84 ans, «personne ne mettra Gorbatchev derrière les barreaux». Pour autant, «sans ce jugement, nous ne pourrons avancer ni en tant que pays, ni en tant que nation», estime-t-il.
Quelques heures plus tard à peine, 18 autres députés faisaient parler d’eux. Cette fois, ils boycottaient un débat de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE), à l’issu duquel ils se seraient vus privés de leurs droits de vote en réaction à l’annexion de la Crimée. L'APCE a tout de même voté la suspension du droit de vote de la délégation russe, qui dénonçait pour sa part une «farce politique qui ne peut susciter que le rejet».
Pendant ce temps, la situation restait tendue à la frontière orientale de l’Ukraine, où les séparatistes refusaient de lâcher du lest, prenant les bâtiments officiels d’assaut et réclamant au moins une fédéralisation de l’Ukraine, à défaut d’un rattachement à la Russie.
Un ultimatum voilé du pouvoir central, qui promet «une solution politique à ceux qui acceptent le dialogue» et «une réponse forte aux marginaux qui cherchent le conflit», n’a réussi qu’à mettre de l’huile sur le feu. Le Kremlin a répliqué par une mise en garde adressée à Kiev, l’enjoignant d’éviter toute action «irréparable» avant les négociations quadripartites prévues la semaine prochaine.
Ces négociations sont censées réunir les Etats-Unis, la Russie, l’Ukraine et l’Union européenne  autour d’une même table, même si les Occidentaux ne semblent pas s’attendre à un miracle.


Rime AIT EL HAJ

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc