×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Cannabis: Les cultivateurs sortent du guet

    Par L'Economiste | Edition N°:4249 Le 07/04/2014 | Partager
    Le PAM en mobilise plusieurs à Bab Berred
    Au menu, la légalisation du cannabis et une grâce générale

    Plusieurs membres de l’état-major du PAM comme Khadija Rouissi ou Milouda Hazib, chef du groupe parlementaire du parti, ont accompagné Hakim Benchemmach, président du Conseil national, dans cette journée consacrée au kif à Bab Berred

    Le PAM a réussi à réunir les cultivateurs de cannabis de la région de Bab Berred. Des centaines de personnes, liées à la culture de cette plante sujet de polémique, se sont rassemblées dans une tente caidale dressée pour l’occasion, samedi dernier, à la sortie du village de Bab Berred, non loin du poste de la gendarmerie de la région. Dans l’assistance, des propriétaires ou de simples ouvriers agricoles travaillant les terres cultivées par le cannabis.
    Pour les agriculteurs qui ont pris la parole, il s’agit de sortir la région tout entière de la peur. Selon certains d’entre eux, la culture de cannabis est la seule source de revenus, mais aussi des tracas et de chantages que subissent les habitants de ces régions. Dans certains cas, les habitants assurent que des innocents sont en prison à cause d’une simple plainte anonyme. Ce sont de véritables drames humains que connaissent les habitants de ces régions, dont le seul moyen de subsistance reste la culture de cette plante, et qui, malgré tout,  restent loin des stéréotypes du trafiquant qui roule sur l’or. En effet, le drame et les histoires racontées parlent de familles brisées depuis des années, qui ne peuvent se rencontrer que dans les forêts voisines. Le père, en fuite, ne peut rentrer chez lui de crainte qu’on l’arrête. La peur d’être dénoncé fait de cette région, selon Benchemmach, chef du groupe parlementaire et président du Conseil national du PAM, une véritable prison à ciel ouvert. Et ce sont ces murs imaginaires qu’il s’agit de faire tomber pour «rendre aux habitants de la région leur dignité», explique-t-il. Pour lui, plusieurs pistes sont étudiées comme celle de la légalisation de la culture du cannabis et la demande d’une grâce générale au profit des 48.000 fugitifs, recherchés, que compte la région du Rif entre Bab Berred et El Hoceïma.
    Pour Benchemmach, il est  question d’attaquer le mal à la racine. En effet, l’idée de tourner la production du cannabis vers la filière médicale est avancée. De nombreux médicaments sont issus de la THC, principale substance active du cannabis. «La légalisation de la culture de cette plante pourrait ouvrir la voie à des investissements dans ce sens, des industriels ayant déjà montré leur intérêt», souligne-t-il. Par ailleurs, le PAM, qui a déjà organisé une journée d’études au Parlement, compte organiser une autre rencontre des cultivateurs du kif, mais cette fois du côté d’El Hoceïma. L’idée est de faire tomber, une bonne fois pour toutes, ce tabou.


    Ali ABJIOU

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc