×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Clôture des ballets du Bolchoï avec «Marco Spada»

Par L'Economiste | Edition N°:4243 Le 28/03/2014 | Partager
Une œuvre d’Esprit Auber retransmise à Casablanca
Enlèvements, grands bals, trappes secrètes, amours tumultueuses…

Tombée de rideau sur la saison des ballets en retransmission directe du Bolchoï de Moscou! Ce dimanche 30 mars (à

Le directeur artistique du Théâtre du Bolchoï de Moscou considère «Marco Spada» comme un véritable chef-d’œuvre et un ballet classique par excellence. Une œuvre à voir au cinéma Rif de Casablanca ce dimanche 30 mars, à 15h30 (Ph. Pathé)

15h30), le cinéma Rif de Casablanca projettera le dernier spectacle de la saison: « Marco Spada». Un ballet à la fraîcheur et aux couleurs du printemps, comme pour mieux nous dire au revoir en cette saison des fleurs. Un au-revoir certes, mais pas un adieu si l’on en croit l’exploitant du cinéma qui entend bien maintenir ce nouveau rendez-vous musical.
«Marco Spada» est une œuvre pleine de rebondissements, un ballet de cape et d’épées ponctué par des enlèvements, des bals fastueux, des trappes secrètes et des amoureux qui entrent et sortent par les fenêtres. Inutile de le préciser, les cœurs et les sens seront agréablement surpris!
Bandit sympathique, Marco Spada est en quelque sorte l’ancêtre d’Arsène Lupin. Un gentleman cambrioleur qui dépouille sur son chemin. Sa fille, Angela, n’est au courant de rien, son père ayant pris le soin de lui cacher sa véritable identité pour qu’elle n’ait pas à en souffrir. Celle-ci ne se préoccupe, par ailleurs, que de ses amours contrariées avec un prince…
Un ballet léger comme la musique de son compositeur: Esprit Auber, un artiste français à succès du XIXe siècle illustré avec brio dans la composition d’opéras comiques notamment. D’ailleurs, Richard Wagner disait de sa musique qu’elle était «tout à la fois élégante et populaire, facile et précise, gracieuse et hardie, se laissant aller d’une merveilleuse façon à son caprice, avec toutes les qualités nécessaires pour s’emparer du goût du public et le dominer». Sans compter l’admiration que lui portait Honoré de Balzac qui lui rend hommage dans sa «Comédie humaine» à travers pas moins de 10 occurrences!
En novembre dernier et pour la 1re fois après presque 100 ans d’oubli, cette histoire de bandit de grands chemins a été remontée par le chorégraphe français Pierre Lacotte. En effet, la chorégraphie originelle de Joseph Mazilier (datant de 1857) est perdue aujourd’hui, comme la plupart des chorégraphies du XIXe siècle.
Le spectacle projeté ce dimanche est une première pour la troupe du Bolchoï qui mettra en lumière le danseur David Hallberg. Ce natif du Dakota du Sud danse les plus grands rôles de ballet à travers le monde. A 31 ans, il est long, blond et a le physique idéal pour incarner les princes mythiques du répertoire classique. C’est d’ailleurs lui que l’on a pu voir dans le rôle du prince dans «La Belle au bois dormant» de Tchaïkovski, projeté en décembre dernier, à Casablanca.
Les sanglots longs n’y pourront donc rien changer, la saison des ballets est venue nous dire: «je m’en vais». Les mélomanes courront donc faire honneur à cette clôture.
Une belle saison bien que Hassan Belkady, propriétaire du Rif, se dise à la fois triste et satisfait. «Je suis très heureux

«La Belle au bois dormant» de Tchaïkovsky est le ballet qui a eu le plus de succès cette année. La salle était comble avec un public d’adultes et d’enfants venus revivre un des contes les plus prisés

d’avoir pu relever le défi important d’introduire au Maroc ce nouveau concept et de voir qu’en ce qui concerne les ballets, le bouche-à-oreille a fonctionné malgré des débuts timides. Toutefois, je suis très triste quand je vois qu’à l’étranger, le public réserve au moins 6 mois à l’avance. D’ailleurs, l’on peut déjà voir sur le site du groupe Pathelive que les réservations pour 2014/2015 sont déjà ouvertes! Notre public rate des spectacles absolument merveilleux!» déplore Belkady.
Pourtant, le public présent n’est jamais déçu. D’ailleurs, le ballet qui a eu le plus de succès cette année était «La Belle au bois dormant» qui a fait salle comble.
Le groupe Pathé ne se contente pas de retransmettre des ballets et des opéras. En novembre dernier, un concert des Rolling Stones était à l’affiche. Le 15 mai prochain, c’est au tour d’Elton John d’être retransmis dans tous les cinémas du monde en direct de Los Angeles. Pour l’instant, le Maroc ne fait pas partie du contrat. Ce qui est bien dommage, des concerts de ce niveau pouvant drainer un très large public!


Sanaa EDDAÏF

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc