×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Urbanisme: Laenser passe à la vitesse supérieure

Par L'Economiste | Edition N°:4243 Le 28/03/2014 | Partager
Dématérialisation des services, planification, guichet unique… les chantiers de 2014
La législation sera adoptée par tomes, au lieu de présenter un texte de 500 articles

Mohand Laenser, ministre de l'Urbanisme et de l'aménagement du territoire national, insiste sur l'importance du guichet unique, un de ses chantiers prioritaires. Conjugué à la dématérialisation, il permettra aux citoyens, promoteurs... d'avoir une réponse rapide à leurs dossiers, sans que cela ne prenne des mois, comme cela est encore le cas aujourd'hui

Lundi à Imouzzer… jeudi à Rabat, au Conseil du gouvernement, et ce vendredi à El Hajeb. Difficile de suivre Mohand Laenser. Le ministre de l'Urbanisme et de l'aménagement du territoire national est en tournée dans les différentes régions du Royaume. Son agenda a prévu durant tout le mois de mars sa présence aux conseils d’administration des agences urbaines (AU). Un programme qui l'a mené dans les quatre coins du Royaume avec un objectif à l'horizon, instaurer une nouvelle dynamique dans les 29 établissements qui décident de l’avenir de l’urbanisme et du développement des 80 préfectures et provinces que compte le pays. Décryptage.
 
-  L’Economiste: Dématérialisation des services des agences urbaines (AU), développement des villes, numérisation des données… vous êtes sur plusieurs fronts. Comment comptez-vous mettre en action votre stratégie?
- Mohand Laenser: Comme c’est un ministère qui est nouveau, nous devons nous engager en ordre. Nous sommes en train de réhabiliter la fonction de planification qui doit être une fonction première avant de passer à la fonction de réalisation qui est la construction et l’équipement. C'est une priorité, car beaucoup de villes souffrent de ce déficit. D’ailleurs, en créant un ministère distinct de l’Habitat pour l’aménagement du territoire et d’urbanisme, le gouvernement est conscient de cette fonction primordiale. A partir de là, il faudrait revoir les outils de travail que représentent les agences urbaines, les inspections régionales, et aussi les représentations du ministère de l’Habitat. Parce que, ces deux départements (Urbanisme et Habitat) continueront à avoir des relations privilégiées et à travailler dans la perspective du développement des villes.
- Mais la législation n'est pas encore au point...
- C’est le deuxième élément sur lequel nous travaillons aujourd’hui: la mise à jour de la législation. On parle de code de l’urbanisme depuis des années, mais il tarde à venir car touchant aux intérêts du citoyen et à la propriété. La bonne recette doit pouvoir suggérer un compromis entre les intérêts du privé et celui général de l’Etat, qui nécessitera un foncier qui ne lui appartient pas forcément, pour réaliser ses programmes d'équipements publics. Aussi, au lieu de présenter une loi de 500 articles, nous allons opter pour une approche au cas par cas, car certains aspects sont plus urgents. Nous avons démarré par le contrôle des infractions et la régularisation. Nous allons présenter prochainement la partie concernant le monde rural, parce qu'elle ne peut être traitée comme les espaces urbains. Puis il y a aussi cette question de documents d’urbanisme, où il faut revoir les questions de délais, les procédures d’homologation et leur relation avec les schémas d’aménagement du territoire.
- Qu’en est-il de la dématérialisation des services? 
-  Notre idée de départ est de couvrir tout le territoire national en agences urbaines, soit 80 provinces. Nous n'avons pas changé d’option, mais ceci coûtera cher et demandera du temps. De même, nous nous sommes aperçus que ce n’est pas la présence physique qui règle les problèmes. C’est pour cela qu’on travaille sur l'option du guichet unique. Il permettra de condenser tous les intervenants sur un dossier, sur un acte d’urbanisme (construction ou autre). Notre but aussi est que le citoyen puisse régler à distance à travers l’outil informatique son dossier et ressortir aussitôt avec une autorisation.
- Avez-vous fixé un délai pour la réalisation de cette numérisation des données?
-  Les guichets uniques sont pour certains déjà prêts et opérationnels. Mais il y a un délai, parce que là nous ne sommes pas maîtres du jeu. Il y a d’autres services qui doivent agir. Toutefois, le chantier avance bien. 2014 est une année de rodage et de normalisation pour les villes de plus de 50.000 habitants. Pour les autres villes et localités où il n’y a pas la présence physique d'agence urbaine, nous avons prévu une commission d’urbanisme. Et c’est là où la dématérialisation devient un acte intéressant. Ceci se fait déjà dans un certain nombre d’agences, où le citoyen peut envoyer ses documents scannés par e-mail et recevoir une réponse par le même biais.


Propos recueillis par  Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc