×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Competences & rh

    Actu
    CNRST: Toute une stratégie pour les compétences à l’étranger

    Par L'Economiste | Edition N°:4240 Le 25/03/2014 | Partager
    Des appels à projets pour des séjours au Maroc allant de 6 à 12 mois
    3 mois au lieu de 18 pour l’obtention des bourses d’excellence

    Le CNRST a soutenu l’incubation d’environ 40 projets, à travers 90 manifestations à l’entrepreneuriat et plus de 35 jours de formation. Plus de 38% des projets sont portés par des doctorants et 18% par des enseignants

    Il fallait attendre environ 18 mois avant d’obtenir une bourse d’excellence du CNRST (Centre national de recherche scientifique et technique). Désormais, dans le cadre du plan d’action 2014, cette durée est réduite à 3 mois. L’objectif est d’inciter les chercheurs et notamment les jeunes doctorants à participer au développement de la R&D. «Tout retard pousse l’étudiant à quitter le centre doctoral pour aller travailler», explique Driss Aboutajdine, directeur du CNRST. L’optimisation de la durée de traitement des dossiers est due à l’adoption des nouvelles technologies et la mise en place des candidatures en ligne. Ainsi, la vérification des informations saisies par le doctorant s’effectuera au bout de 2 mois. Cette année, par exemple, les inscriptions ont commencé fin décembre et les résultats seront communiqués au cours des prochains jours. «Ce progrès permettra également d’éviter tout chevauchement entre les bourses d’excellence et celles de mérite», ajoute le directeur du CNRST.
    En outre, le centre a veillé à l’augmentation du montant et du nombre des bénéficiaires. L’année dernière, ils étaient seulement 200 doctorants à recevoir une bourse de 2.300 DH/mois durant 3 ans. Aujourd’hui, ils seront 300 boursiers, soit un accroissement de 50%. Le montant, lui, s’élèvera à 3.000 DH/mois. «Certaines bourses sont réservées aux doctorants ingénieurs et médecins afin de les inciter à faire de la recherche», souligne Aboutajdine. Parallèlement, le CNRST a tenu pour la 1re fois une conférence des présidents des universités (CPU). Le but est de renforcer les liens entre les utilisateurs des services et le centre en se concertant par exemple sur les aides d’appui aux conférences, les délais d’inscription pour les bourses, etc.
    Dans le cadre de la mobilisation des compétences marocaines à l’étranger, le CNRST vient d’adopter aussi une stratégie win-win. Il s’agit d’un appel à projet pour des séjours allant de 6 à 12 mois. L’objectif est de mettre en place un pont de coopération entre la structure d’origine du chercheur et celle du hôte tout en ciblant les domaines de recherche prioritaires.
    Afin  d’appuyer la stratégie de coopération, le CNRST a signé en novembre dernier un accord avec la Turquie afin de collaborer en matière de formation des ingénieurs. D’autres conventions sont en cours de préparation dans le cadre de la coopération Sud-Sud, notamment avec la Libye, le Sénégal et la Mauritanie.


    Rajaa DRISSI ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc