×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

Produits du terroir
La star de la vitrine du SIAM

Par L'Economiste | Edition N°:4221 Le 26/02/2014 | Partager
Le potentiel à l’export serait estimé à 11 milliards de dirhams
Offensive de charme à l’international

LES produits du terroir seront le thème principal cette année, pour  la 9e édition du Salon international de l’agriculture au Maroc (SIAM) qui se tiendra du 24 avril au 3 mai. Ce choix est tout sauf anodin, relève Jaouad Chami, commissaire général du Salon. «Le potentiel d’export des produits du terroir est actuellement estimé à 11 milliards de dirhams et la diversification des produits peut aller bien au-delà de cette valeur», poursuit-il. Ce qui explique les efforts déployés par le ministère de l’Agriculture afin de mettre en valeur ce genre de produits tant au niveau international que national. Le terroir a déjà été mis en avant lors de plusieurs grands événements internationaux cette année: le Salon international de l’alimentation d’Abu Dhabi et le Salon de l’Agriculture de Paris notamment. Ainsi, le SIAM se veut comme une vitrine de choix pour ce genre de produits. «La dernière édition du Salon a connu un engouement exceptionnel. En témoigne le chiffre d’affaires réalisé, durant les 5 jours du SIAM, par les coopératives et qui représente 80% de leur chiffre d’affaires annuel», se félicite Chami. D’un autre côté, les pavillons terroirs sont mis à disposition des exposants gratuitement et le SIAM s’efforce à mettre en contact les producteurs avec des distributeurs nationaux et internationaux, ainsi qu’une assistance pour le marketing.     
Longtemps cantonnés au marché informel, les produits du terroir sont depuis quelques années rentrés dans les mœurs des Marocains. Shampoing à base d’huile d’argane, savon «Beldi» et fromages de chèvre font parties maintenant des habitudes de consommation et deviennent même des produits de luxe. Il a fallu attendre 2008 pour qu’une loi établisse une catégorisation spécifique aux produits du terroir. Ainsi, la loi n°25-06 dans son article 1er prévoit 3 signes distinctifs d’origine et de qualité, à savoir le label agricole, l’indication géographique et l’appellation d’origine. Toujours est-il, cette loi n’est pas suffisante pour remédier à certains blocages au niveau du marché national notamment: l’ignorance de la valeur économique et culturelle de ce genre de produit, sans oublier la mauvaise perception de la qualité (sanitaire) des produits. L’échec de l’expérience du label Maroc, initiée en 1998 par le ministère des Pêches maritimes illustre parfaitement cette situation. Ce label avait pour objectif d’accroître les parts de marché à l’étranger et de promouvoir les produits marins sur le marché national. Abandonné en 2008, le label a souffert du manque de visibilité de cette signalisation nationale sur les marchés extérieurs contrairement à des certifications de type ISO, IFS et BRC, qui sont de sérieuses garanties à l’exportation. Même constat pour le marché national, où le label n’a eu aucun effet sur la demande. Il a surtout souffert de l’absence d’une véritable stratégie de communication et de sensibilisation du consommateur marocain. L’offre actuelle de produits du terroir sur le marché se dirige dangereusement vers une uniformisation (argan, amlou, safran). Alors que ce marché devrait brosser les différences culinaires, géographiques et culturelles des différentes régions du Maroc.

2014, année charnière pour le Salon

«LE SIAM est un salon qui a définitivement fait sa place et dont tous les Marocains sont fiers», jubile Chami. Pour lui, l’édition de cette année est une consécration du Salon comme un événement incontournable dans l’agenda agricole et économique national. Ainsi, sa durée passera de 5 à 10 jours, les différents chapiteaux connaîtront un accroissement de 33% (de 55.800 m2, ils passeront à 74.100 m2) et l’invité d’honneur sera l’Union européenne.

Amine ATER

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc