×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Addoha investit le logement social à Bamako

    Par L'Economiste | Edition N°:4219 Le 24/02/2014 | Partager
    Un terrain de 25 ha pour commencer
    Une cimenterie de 500.000 tonnes dans 20 mois

    «L’Afrique, relais de croissance»: le groupe de promotion immobilière Addoha en fait sa devise pour les prochaines années. Il vient d’ailleurs de lancer une série de projets dans plusieurs pays subsahariens où la problématique de l’accès au logement se pose avec acuité. Le promoteur vient d’ailleurs  de signer une convention d’investissement avec l’Etat malien, en marge de la visite royale dans ce pays ami. L’accord prévoit l’implantation du groupe marocain au Mali. Addoha compte investir le segment du logement social et en faire son fer de lance dans ce pays en reconstruction. A cet effet, le groupe, présidé par Anas Sefrioui, a déjà identifié un terrain de 25 hectares dans la capitale malienne, Bamako. Cette assiette foncière devra permettre la réalisation de plusieurs milliers de logements sociaux. En plus de la convention dans l’immobilier, Anas Sefrioui a signé un accord en vue de construire une cimenterie (Ciments de l’Afrique) à Bamako. Cet investissement dans le ciment, qui sera réalisé dans un délai de 20 mois, devra développer une capacité de production de 500.000 tonnes. L’unité de production nécessite un budget de près de 30 millions d’euros. Pour la phase de réalisation de l’usine, le cimentier prévoit la création d’un millier d’emplois directs. Afin d’assurer un meilleur pilotage de ce projet, l’investisseur marocain a créé la société Simaf Mali (SA). Pour sa part, l’Etat malien s’est engagé, à travers cette convention avec le groupe marocain, à accorder toutes les facilités, notamment administratives, pour mener à bien ce projet.  Cet intérêt pour le Mali s’inscrit dans une stratégie de développement, à la fois du promoteur et du cimentier marocains, en Afrique subsaharienne. En effet, le cimentier est déjà présent en Côte d’Ivoire, au Cameroun, en Guinée Conakry, au Gabon, au Burkina Faso et au Congo Brazaville. D’autres pays figurent sur la liste de projets en cours d’élaboration et de développement par Cimaf. Parmi eux, le Rwanda, la Tanzanie, le Ghana, le Libéria, l’Angola ou encore le Bénin. Des pays à fort potentiel qui connaissent également l’initiation de grands projets du promoteur marocain. Parmi les projets immobiliers programmés par Addoha:
    ■ Côte d’Ivoire: Le promoteur y développe deux projets. L’un à Locodjoro et l’autre à Koumassi. Les deux totalisent plus de 8.000 logements sociaux. Pour le site de Locodjoro, il s’étend sur 25 ha. Addoha prévoit d’y construire 7.500 logements sociaux. Le démarrage du projet est prévu pour le 2e trimestre 2014.  Sur le site de Koumassi,  le promoteur compte construire 530 logements sociaux sur 3 ha. Le chantier devra aussi démarrer le 2e trimestre 2014.

    ■ Cameroun: Addoha a retenu la localité d’Ekounou pour y implanter un projet de 1.700 logements sociaux. Le site s’étend sur 11 ha. Là aussi, le chantier devra démarrer le 2e trimestre 2014.
    ■ Congo Brazzaville: Le projet congolais sera érigé à Mpila, sur un site de 3 ha. Il porte sur la construction de 650 unités sociales. Là encore, le coup d’envoie sera donné le 2 trimestre de cette année.

    ■ Guinée Conakry: Sur ce pays, Addoha lance trois projets qui totalisent 3.600 logements, tous standings confondus. Le premier sera de 400 unités haut standing sur un site de 2 ha à Kipe. Le 2e chantier baptisé «Douane» porte sur 700 logements sociaux et moyen standing et s’étend sur 2 ha. Le dernier projet appelé «Police» sera doté de 1.500 logements sociaux et moyen standing. Il est programmé sur un site de 5,5 ha. La construction des trois sites de Guinée Conakry devra démarrer le 3e trimestre 2014.

    Amin RBOUB

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc