×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Siel: Les temps forts de la 20e édition

Par L'Economiste | Edition N°:4218 Le 21/02/2014 | Partager
Rencontres avec Tahar Benjelloun, Leïla Chahid, Claude Askolovich …
Un budget de 10 millions pour la promotion de la lecture en 2014

Dernière ligne droite pour le Salon international de l’édition et du livre (SIEL),

La 20e édition du Salon international de l’édition et du livre a choisi de faire honneur à l’Afrique subsaharienne en offrant plusieurs présentations d’ouvrages et débats autour de thématiques variées

qui clôture sa 20e édition ce dimanche 23 février. En tout, 792 exposants issus de 54 pays différents ont répondu présents. Avec une moyenne de 10 rencontres quotidiennes et la participation de 433 écrivains dont 358 Marocains, la programmation culturelle du 20e Siel a été d’une grande richesse.
«Nous avons décidé pour cette édition de garder la même thématique que l’an dernier: Vivre le Maroc culturel. Et ce n’est pas pour rien. Durant 10 jours, un grand nombre de rencontres et de débats ont été organisés  dans un souci de diversité thématique et linguistique. Les enfants sont également très impliqués cette année. Des classes entières viennent les matins aux espaces jeunesse et c’est très encourageant pour la suite», explique Hassan El Ouazzani, directeur du livre au ministère de la Culture.
De grandes personnalités ont joué le jeu de la rencontre-débat autour de leurs œuvres et de thématiques diverses. Parmi eux, Tahar Benjelloun, Leïla Chahid, Adelaïde Fassinou, Mariama Mbengue, Claude Askolovich…
La particularité de cette année réside également dans l’ampleur de l’invité d’honneur. Jamais le salon du livre n’a eu d’invités de cette dimension : 15 pays africains représentés par une forte délégation officielle et accompagnés de 45 éditeurs et 40 écrivains de la région.
«Nous avons choisi l’Afrique comme invité d’honneur pour une raison très simple: s’ouvrir sur notre entourage et sur la composante africaine de l’identité marocaine», tient à préciser El Ouazzani.
En soutien à l’industrie culturelle, une enveloppe de 40 millions de DH a été attribuée cette année. Un budget de 10 millions est alloué au livre, ce volet comprenant le soutien à la création de librairies, à la participation des écrivains marocains à des résidences artistiques et à l’encouragement à la lecture dès le plus jeune âge.

Livres et jeux éducatifs sont présentés pour l’éveil et l’éducation. Des classes entières visitent le Salon du livre, généralement en matinée

Les autres projets concernent les arts plastiques, le théâtre et la musique. «Il s’agit d’un dispositif à court terme. 2014 est une année de test qui nous aidera à prendre d’autres mesures avec un budget à revoir à la hausse dès 2015. Nous lancerons un plan d’action au mois de juin pour l’encouragement à la lecture publique en impliquant tous les acteurs du marché pour une mise à niveau», annonce le directeur du livre.
Sur le registre de la fréquentation et des ventes du salon, les chiffres ne seront communiqués qu’après la clôture. Toutefois, les organisateurs restent confiants: les visiteurs sont nombreux et les ventes semblent satisfaisantes. Mais le salon n’a pas encore dit son dernier mot! Des manifestations de grand intérêt sont encore à venir. A commencer par la salle Mohammed El Ayadi qui accueille ce vendredi 21 février (à 11h), une présentation de la dernière parution de l’éditeur Abdelkader Retnani: le beau-livre «Mémoire juive dans l’Oriental», en compagnie d’un de ses contributeurs, le chercheur Mohammed Kenbib. Ce même jour et dans la même salle, les Presses de l’Université citoyenne (fondées par HEM) présenteront leur 1er ouvrage, «Le métier d’intellectuel», à 17h. Le livre, coécrit par Fadma Aït Mous et Driss Ksikes, est le fruit de 5 années de dialogue avec 15 penseurs marocains, dont Ali Benmakhlouf, Abdelfattah Kilito, Hassan Rachik, Abdellah Saaf, Abdelahad Sebti et Mohamed Tozy.
Les amateurs de littérature peuvent également aller à la rencontre de nouveaux auteurs (Sofia Mellouk, Naima Fannou, Yassine Gueddira…) samedi 22 février à 11h, dans la salle Mohammed Sabbagh. Les synergies intellectuelles et conférences-débats prendront fin ce dimanche 23 février. Date à laquelle la militante Aïcha Ech-chenna,  présentera le 3e ouvrage de l’association Solidarité féminine: «A hautes voix». L’événement aura lieu dans la salle Mohammed El Ayadi, à 11h30.
Sanaa EDDAÏF

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc