×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie Internationale

Recrudescence des restrictions au commerce mondial

Par L'Economiste | Edition N°:4218 Le 21/02/2014 | Partager
407 nouvelles mesures protectionnistes
Une étude du CCI sur les obstacles au commerce

Si les projections de croissance du commerce pour cette année sont nettement meilleures, le protectionnisme règne toujours. 407 nouvelles mesures de restriction ont été signalées affectant les importations mondiales de marchandises (Ph. AFP)

Accord de libre-échange complet et approfondi (Aleca), ALE nord-américain (Alena), négociations pour le futur accord UE/Etats-Unis… tous les accords sont censés être des leviers pour renforcer les échanges commerciaux. Ceci passe aussi impérativement par la levée de restrictions, rappelle Roberto Azevêdo, DG de l’OMC, en présentant le 17 février dernier son premier rapport sur le suivi du commerce mondial aux membres de l’Organisation. Près de 407 nouvelles mesures de restriction ont été signalées affectant 1,3% des importations mondiales de marchandises, soit une valeur de 240 milliards de dollars. Ceci au moment où les projections de croissance du commerce pour cette année étaient nettement meilleures, se situant entre 4 et 4,5%. D’où le défi de la mise en œuvre de l’accord passé en décembre à Bali sur la facilitation des échanges mais aussi la gestion de la multiplication des accords régionaux. Tout ceci passe par un meilleur échange d’informations commerciales entre les Etats membres.
L’OMC a toujours critiqué la multiplication des obstacles au commerce, tout en prônant la transparence comme meilleure garantie contre le protectionnisme. L’appel a été réitéré encore une fois par les participants à l’enquête sur les barrières en matière du commerce, réalisée par la Chambre de commerce internationale (CCI). Nombreux sont ceux qui recommandent une meilleure prévisibilité du système multilatéral et que le commerce soit «ouvert, fiable et cohérent».
Tout l’intérêt doit être accordé à la formation des agents de douane ainsi que les commerçants. Le but est de faciliter les échanges et simplifier les procédures aux frontières.
Une forte proportion des observations porte sur les retards dus aux procédures imposées aux entreprises à l’export. Cela implique de facto des retards de livraison et entraîne des coûts supplémentaires pour les négociants. Résultat: les entreprises réduisent leurs investissements devant l’avalanche des démarches inutiles.
Les sondés s’accordent à dire que les taux appliqués pour les droits de douane demeurent un obstacle de taille au commerce et à l’investissement. De même, les difficultés dans l’octroi de licences freinent le dynamisme dans les secteurs de l’aéronautique et la technologie. Les taux de TVA sont cités aussi comme un autre obstacle dans l’industrie pharmaceutique.


Fatim-Zahra TOHRY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc