×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Competences & rh

Fonction publique
Quelle formation pour les hauts cadres?

Par L'Economiste | Edition N°:4210 Le 11/02/2014 | Partager
L’Ensa réfléchit aux programmes à mettre en place
Un observatoire de l’emploi propre à l’école en projet

L’Ensa entend renforcer à la fois le savoir-faire et le savoir-être de ses lauréats, afin d’offrir à l’administration des hauts cadres qui n’ont rien à envier aux managers du privé

A la recherche de l’excellence, l’Ensa (Ecole nationale supérieure d’administration) vient d’organiser jeudi dernier la 2e journée de réflexion sur la nature des formations à offrir aux responsables de la haute fonction publique. La future école, fruit de la fusion (en cours) entre l’ENA (Ecole nationale d’administration) et l’ISA (Institut supérieur d’administration), y a invité plusieurs directeurs et chefs de services issus de différents départements ministériels. La rencontre avait pour objectif de discuter de la mise en place de formations adaptées aux exigences des postes de haute responsabilité, tout en intégrant le volet attractivité de l’établissement. Quelque quatre orientations ont été fixées. Il s’agit d’abord de délimiter le périmètre de la haute fonction publique afin d’en fixer les principes, valeurs, effectifs et compétences nécessaires, pour ensuite identifier les besoins.
Les participants se sont ainsi mis d’accord sur l’importance de créer une unité d’observation des hautes fonctions au sein de l’Ensa. «Il est inconcevable qu’un institut supérieur de la formation des hauts responsables de la fonction publique n’ait pas une idée sur les besoins de l’administration en profils», souligne Mostafa Rhomari, professeur à l’ENA.
Renforcer le savoir-faire et le savoir-être des futurs lauréats fait aussi partie des orientations majeures de la future école de formation des cadres. «Un haut responsable doit avoir le sens de l’écoute, de la communication, l’art de convaincre,…», insiste Brahim Ziyani, professeur à l’ENA.
L’Ensa entend également développer une stratégie d’attractivité en vue de proposer un portefeuille de compétences à la fois diversifié et harmonisé. L’architecture du cursus devrait, pour sa part, être appropriée aux besoins de l’administration. «Le projet de loi soumis au gouvernement sur la fusion entre l’ENA et l’ISA propose un accès directe aux hautes fonctions pour les premiers du classement de l’Ensa», tient à rappeler Nadia Bernoussi, directrice de l’ENA.

 Rajaa DRISSI ALAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc