×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Evénement

Sajid au Club de L’Economiste: Un gros paquet de mesures prioritaires (1)

Par L'Economiste | Edition N°:4210 Le 11/02/2014 | Partager

Réseaux de voiries & circulation: 5.000 km! 
Le chantier des voiries et de la circulation accapare la part du lion du plan d’urgence. C’est d’ailleurs cet indicateur qui devra rendre visible et palpable le changement à brève échéance. A lui seul, le réseau de voiries de Casablanca dépasse les 5.000 km! L’entretien de ce réseau nécessite un budget colossal qui va au-delà des moyens et du budget de la ville. D’où le recours à des contributions supplémentaires de la part de l’Etat. Le mode opératoire consiste à opter pour les opérations rapides à réaliser et qui ne nécessitent pas d’études techniques particulières. L’enjeu étant de déclencher une opération de mise à niveau rapidement perceptible et fonctionnelle. L’accent sera mis sur les travaux de réfection des voiries/goudronnage, le réaménagement de certains carrefours, ronds-points giratoires, les trottoirs-asphaltage… A lui seul, le budget de ce chantier tournera autour de 350 millions de DH.

Ravalement de façades et espaces verts
Parmi les actions qui seront perceptibles dès ce mois-ci, les opérations de ravalements de façades qui seront généralisées à l’ensemble des préfectures, communes et arrondissements. Cette action s’appuie sur un arrêté municipal qui oblige les propriétaires à procéder de manière périodique au ravalement des devantures. L’arrêté est en ce moment en phase de mise à jour. Il sera publié incessamment pour inciter les propriétaires à entretenir immeubles et maisons. Le constat, selon Sajid, est que l’immobilier de la ville connaît beaucoup de dérapages, des modifications, notamment sur les constructions qui ont un caractère patrimonial (balcons bétonnés, terrasses bâties, fenêtres agrandies..). Des opérations de sensibilisation et d’incitation à la mise à niveau seront enclenchées d’ici peu. Cette action d’embellissement immobilier sera accompagnée par  l’entretien, la valorisation et la mise en place d’espaces verts supplémentaires. Un budget global de 200 millions de DH sera débloqué pour rendre plus verte la métropole.

Nouvelle flotte de bus: Un renfort de 200 véhicules
Près de 200 millions de DH seront débloqués pour l’acquisition d’autobus flambant neufs. Soit l’équivalent d’une flotte de 200 bus neufs supplémentaires. Pour débloquer ce budget, il a été décidé de faire contribuer l’ensemble des acteurs de la ville. C’est-à-dire les conseils élus, le conseil d’arrondissement, Casa Transports, Casa Aménagement, la région de Casablanca, les conseils préfectoraux… Le budget global transitera par le conseil régional compte tenu de la portée régionale de ce mode de transport. A priori, c’est à Casa Transports que reviendra l’opération d’acquisition des nouveaux bus. 
Trémie Chimicolor: Livraison ce mois-ci
Ce grand ouvrage de la ville a nécessité 2 ans de travaux avec tout ce que cela  a impliqué comme déplacements complexes de réseaux télécoms et d’assainissement. La trémie Dakar devait être opérationnelle fin décembre 2013, puis reportée à fin janvier, mais elle a finalement été retardée compte tenu des intempéries du mois de janvier et des vacances de l’Aïd Al Mawlid qui ont suspendu momentanément les travaux. Globalement, l’ouvrage trémie est aujourd’hui complètement finalisé, avec les équipements et éclairage installés. Restent les accès et giratoires des deux extrémités (Av des FAR et Med VI). Cette trémie vient en complément des ouvrages du bd Zerktouni. Elle devra assurer la continuité pour fluidifier l’une des rocades les plus sollicitées par les automobilistes.
Autoroute urbaine: Coup d’accélérateur sur le périph
Le périph’ des Casablancais fait également partie des gros chantiers que la ville devra livrer incessamment. Un projet de 500 millions de DH. La phase actuelle consiste à relier les jonctions entre l’autoroute Casa-Rabat et l’accès à la ville. Sur ce chantier précis, la prochaine  étape correspond à doter le tronçon urbain d’espaces verts, arbustes, gazon… pour offrir un paysage agréable.

Eclairage public: Le Fonds de travaux mis à contribution
Parmi les aspects qui seront réalisés par les délégataires des services publics, figurent le volet éclairage public, raccordement et autres opérations d’assainissement de certaines zones. Sur ce registre, le Comité d’urgence a mené un travail de fond avec Lydec pour débloquer un budget de 560 millions de DH qui devra être exécuté en entier cette année. Ce sont donc les fonds de la gestion déléguée (Fonds délégataire et de travaux) qui financeront ces actions. A terme, et pour plus de souplesse, il est prévu de gérer le Fonds de travaux par une structure spéciale. Ce fonds représente 700 à 800 millions de DH par an.

Traitement de déchets: Une structure de contrôle dédiée
Vu que les contrats actuels de traitement de déchets arrivent à échéance à la fin de ce mois-ci, de nouveaux protocoles sont en préparation avec un cahier des charges assez strict. La période actuelle correspond à l’examen des soumissions et les choix ne sont pas encore arrêtés. Les nouveaux délégataires seront connus dès fin février. En principe, les entrants devront être opérationnels le 1er mars. Forte de nouveaux contrats, la ville devra renouveler tout le parc de collecte. L’ensemble des engins et camions actuels ne pourront plus opérer dans 4 à 5 mois. Une période transitoire pour acquérir une nouvelle flotte qui répondra à des standards internationaux (camions de nouvelle génération, moins d’émissions de CO2, nouveaux types de conteneurs pour ordures plus résistants…). Ces investissements représentent quelque 480 millions de DH, financés par les délégataires au cours de 2014. Le contrat des nouveaux entrants ira jusqu’à 2021 (soit 7 ans), le temps d’amortir le matériel acquis dont la durée de vie ne dépasse pas 7 ans. Pour faire respecter le cahier des charges, une structure dédiée (SDL) sera chargée du contrôle et suivi des délégataires. Des actions de sensibilisation sont également prévues pour faire contribuer la population à la propreté et l’hygiène.

Parc Ligue arabe: Relifting
Le plan d’urgence prévoit toute une opération de réhabilitation pour la zone verte de la Ligue arabe, l’un des rares poumons verts de la métropole. La ville est sur le point  de signer une convention avec la Fondation Mohammed VI pour l’Environnement, afin de mettre en œuvre les actions de réhabilitation et débloquer le financement. 

Zoo d’Aïn Sebaâ
Pour le parc zoologique d’Aïn Sebaâ, une série d’études ont été réalisées. Un nouveau zoo sera construit in situ sur une superficie globale de 10 ha. Avec des standards de dernière génération (en termes d’espèces, aménagement de l’espace…), la réhabilitation du zoo nécessite un investissement de 250 millions de DH. Le plan d’urgence a dégagé un budget de 65 millions, de manière à lancer les travaux dès cette année. Il est prévu de travailler en concertation avec la société qui exploite le zoo de Rabat pour plus de complémentarité dans l’acquisition des animaux, espèces… Le futur zoo sera opérationnel dans 2 ans.
Circulation & signalisation: Fini les poids lourds?
Le calvaire de la circulation fera aussi l’objet d’un traitement urgent. La prochaine session du conseil de la ville (prévue le 27 février) devra adopter un arrêté pour réglementer la circulation des poids lourds en ville. Cet arrêté municipal est censé rationnaliser le trafic  des poids lourds à l’intérieur du périmètre urbain. Mais qu’entend-on au juste par périmètre urbain? Il est notamment prévu d’interdire l’accès à certaines zones, de programmer un horaire spécial pour ce type de véhicules dangereux. Le plan 2014 a prévu aussi des actions pour améliorer la signalisation, la sécurité, les moyens de contrôle, vidéo-surveillance.
Extension de la corniche: L’esplanade El Hank
Le plan d’urgence compte rallonger la corniche d’Anfa.  Il prévoit de réaménager toute la zone située entre la Mosquée Hassan II et le quartier El Hank. Pour rappel, le foncier de cette zone-là appartient à la Sonadac. La ville a pu convaincre la Sonadac de renoncer à ses projets sur cette réserve foncière, moyennant une compensation du terrain ailleurs. Cette partie sera réaménagée en esplanade, zone de ballades… de manière à servir de prolongement de la corniche d’Aïn Diab.

Amin RBOUB

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc