×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Tan Tan: La nouvelle station de dessalement opérationnelle

    Par L'Economiste | Edition N°:4203 Le 31/01/2014 | Partager
    Démarrage de l’exploitation en mars prochain
    Un investissement de plus de 260 millions de DH
    Le projet pour renforcer l’alimentation en eau potable à Agadir au stade de l’évaluation finale

    Dotée d’une technologie de pointe, la nouvelle station de dessalement a un débit de 100 litres/seconde et peut atteindre 150 litres/seconde, indique l’ONEE

    LA rareté des ressources en eau dans le Grand Sud du Royaume engendrée par l’aridité de la zone, a suscité depuis plus de trente ans de gros investissements dans plusieurs unités de dessalement à travers la région. La première opération de l’Onep, aujourd’hui ONEE, en matière de dessalement de l’eau dans la zone remonte à 1977, lorsque l’Office a réalisé une unité de dessalement avec une capacité de production atteignant 250 m3 par jour en vue d’approvisionner la ville de Boujdour en eau potable. Cette première expérience a été suivie par la réalisation d’une série de stations de dessalement, avec des opérations d’extension de manière à accompagner l’évolution des besoins en eau potable engendrés par le développement démographique et urbanistique qu’a connu la région. Aujourd’hui, c’est au tour de la ville de Tan Tan d’être équipée d’une nouvelle unité de dessalement des eaux saumâtres qui est entièrement achevée. Le coût d’envoi de l’exploitation est prévu en mars prochain. Financée par le Fonds arabe de développement économique et social (FADES), l’opération a nécessité un investissement de 260 millions de DH. Le tout a permis de mettre en place une technologie de pointe en la matière à travers notamment un canal d’adduction d’eau brute d’un diamètre de 400 mm, deux puits et  trois réservoirs d’eau d’une capacité respective de 1.500 m3, 500 m3 et 250 m3. L’unité de dessalement est aussi dotée de deux stations de pompage et un canal d’injection d’eau d’une longueur de 33 km. L’ensemble de ces équipements vont permettre un débit de la station de 100 litres/seconde qui peut atteindre 150 litres/seconde, est-il indiqué. Objectif de la démarche: renforcer l’alimentation en eau potable de Tan-Tan et le site d’Al Ouatia.
    Pour couvrir les besoins de la région de Tan Tan, l’ONEE a investi depuis 2003 une enveloppe budgétaire de près de 420 millions de DH. Ces investissements comme ceux d’aujourd’hui sont de grand intérêt pour l’économie de la zone. Dans le secteur de la pêche, le rôle que joue le port de Tan Tan et les investissements qui y sont prévus dans le cadre du plan Haleutis sont vitaux pour le développement de l’activité dans la région. Outre le projet de Tan Tan, l’ONEE travaille également sur le programme de dessalement pour renforcer l’alimentation en eau potable d’Agadir. Ce chantier est aujourd’hui au stade d’évaluation finale du projet. L’adjudicataire devrait être connu en juin prochain, avance une source proche du dossier.
    De notre correspondante,
    Malika ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc