Evénement

Nominations royales : La dream team de l’équipement et du transport

Par L'Economiste | Edition N°:4196 Le 22/01/2014 | Partager
Rabbah place son chef de cabinet à la tête d’ADM
Un ancien de RAM à la tête de l’ONDA
Un ex-président de l’Apebi, président de TMSA

La nomination de hauts fonctionnaires n’est jamais un acte anodin. Nommés par le Souverain, sur proposition du chef du gouvernement et à l’initiative du ministre de tutelle, les profils retenus témoignent de nouvelles orientations sans forcément tomber dans la rupture. En dehors de l’administration pénitentiaire, les nominations ont porté sur des postes stratégiques dans le transport.
■ Zouhair El Aoufir: Un haut cadre de RAM pour piloter les aéroports
Directeur de l’Office national des aéroports (ONDA), voilà un poste pour le moins stratégique au point d’être nommé par le Souverain. Ce poste traîne derrière lui un passif lourd. L’affaire Benallou n’est pas encore classée après le scandale révélé par la Cour des comptes. La prochaine audience aura lieu le 10 février à la Cour d’appel de Casablanca. Aujourd’hui, Zouhair Mohamed El Aoufir, 49 ans, vient remplacer Dalil Guendouz, au poste de DG de l’ONDA depuis février 2010. Guendouz a eu beaucoup de défis à relever après le passage de la Cour des comptes. Une histoire que cet ingénieur de l’Ecole Hassania avait par moment du mal à porter. Le nouvel arrivant, El Aoufir, un profil taillé sur mesure pour le poste. Ancien DG d’Air Sénégal International puis de la filiale low cost de RAM, Atlas Blue, le nouveau directeur a une expérience probante dans l’aérien. Il a roulé sa bosse dans différents départements de RAM. Il a été, tour à tour, à la tête des directions maintenance, développement puis commerciale. Ainsi, la nomination d’El Aoufir ne peut que présager une plus grande synergie entre l’Office et la compagnie aérienne nationale. Le tout nouveau patron aura fort à faire dans les prochains mois. La crise européenne se fait toujours sentir sur les performances de l’Office. Un repli d’activité qui a impacté le chiffre d’affaires de 2012 qui s’était établi à 2,7 milliards de DH, en baisse de 11,7% par rapport aux prévisions. Le résultat net de l’exercice avait baissé de 42% pour 298 millions de DH. Dans le cadre de son plan stratégique, l’ONDA devra poursuivre en 2014 les chantiers en cours comme les projets de développement des capacités des aéroports de Fès, de Marrakech et de Nador ou encore le développement du hub de Casablanca. El Aoufir devra également se pencher sur l’amélioration de la qualité des services.
■ Fouad Brini: Un natif du nord à la tête de TMSA
Le poste était vacant depuis que Hassad a été propulsé à la tête du ministère de l’Intérieur. Le Souverain vient de nommer Fouad Brini en tant que président du conseil de surveillance de l’Agence spéciale TangerMed (TMSA). Le nouveau président connaît bien la maison. En 2006, il a été membre du conseil de surveillance de l’Agence et administrateur des filiales du groupe. Des fonctions qu’il a occupées en parallèle avec celle de DG de l’Agence pour la promotion et le développement économique et social des préfectures et provinces du nord. Deux ans plus tard, Brini devient administrateur à la Société d’aménagement pour la reconversion de la zone portuaire de Tanger ville (SAPT). Auparavant, Brini a eu une longue expérience dans un tout autre secteur. Il a été à la tête de l’Apebi (Association professionnelle des technologies de l’information) et de plusieurs structures dans l’informatique et les télécoms Brini a également fait un passage par le Conseil supérieur de la promotion nationale et du plan. Le nouveau président prend les commandes de TMSA en pleine période de développement. Le groupe TMSA dispose d’un programme d’investissement d’une enveloppe budgétaire estimée à 3,6 milliards de DH sur la période 2013-2017. Ce programme porte essentiellement sur les travaux de la seconde phase du projet Tanger Med pour une enveloppe de 2,1 milliards de DH. Le plan de développement porte également sur l’acquisition du foncier et travaux de viabilisation, d’aménagement et d’extension des zones d’activités industrielles. Brini devra aussi piloter la réalisation des travaux de construction, d’aménagement et d’entretien du Terminal 1 ainsi que le développement du système d’information portuaire. La loi de Finances 2014 a prévu 1,7 milliard de DH d’investissement pour TMSA.
■ Anouar Benazzouz: Un proche de Rabbah au volant d’ADM
Après 17 ans à la tête d’Autoroutes du Maroc (ADM), Othmane Fassi Fihri cède sa place à Anouar Benazzouz. Le nouveau DG, nommé par le Souverain, n’est autre que le chef de cabinet d’Aziz Rabbah, ministre de l’Equipement, du transport et de la logistique. Le ministre pjdiste est parti chercher Benazzouz dans le monde des affaires. Benazzouz a été DG de Savola Maroc qui commercialise la marque d’huile saoudienne Afia. Par la suite, il a été recruté comme directeur investissement et développement du groupe saoudien Almutlaq. Fonction qu’il a occupée avant d’intégrer le cabinet de Rabbah. Auparavant, Benazzouz a passé 11 ans au sein de la multinationale Unilever comme directeur commercial régional puis directeur financier Mashreq. Benazzouz est ingénieur de l’Ecole centrale de Paris. Il a à son actif un MBA en finance et stratégie de l’Imperial Collège Business school de Londres. Benazzouz prend les commandes d’ADM, en plein accélération du rythme de réalisation des tronçons autoroutiers programmés visant à atteindre un linéaire total de plus de 1.800 km à l’horizon 2015 sachant que le réseau exploité par la société à fin 2012 a atteint un linéaire d’environ 1.461 km. Sur le réseau autoroutier de 1.800 km concédé à ADM, 1.416 km sont en exploitation par la société, 359 km de tronçons sont en cours de construction et le reste est programmé à moyen terme. Les investissements prévus par ADM sont estimés à près de 4,98 milliards de DH. Ce budget est destiné essentiellement à la poursuite de la construction du programme autoroutier. Il porte sur les sections autoroutières en cours de réalisation, à savoir Berrechid - Béni Mellal (172 km) et El Jadida-Safi (143 km), le contournement de Rabat (41 km) et la section complémentaire de l’élargissement à 2x3 voies de Casablanca-Rabat (5km).

Tamek, le successeur de Benhachem

LE nouveau délégué général à l’administration pénitentiaire, Mohamed Salah Tamek, vient remplacer Moulay Hafid Benhachem. Tamek assurait déjà ce poste par intérim. Cette nomination a déjà été rendue publique sur nos colonnes (voir L’Economiste du 2 janvier 2014). Tamek est un pur produit de l’Intérieur. Après avoir occupé le poste de wali de la région d’Oued Eddahab-Lagouira et gouverneur de la province d’Oued Eddahab, il a été directeur de la Promotion nationale au ministère de l’Intérieur, puis chef de cabinet du ministre de l’Intérieur depuis 2010. Ce natif d’Assa-Zag a dû prendre le train de la réforme de l’administration pénitentiaire en pleine marche. Il devra poursuivre les chantiers engagés par son prédécesseur, Benhachem. Parmi les priorités, la construction de nouveaux centres de détention pour réduire la pression sur les établissements actuels. Tamek devra également opérer un travail de fond sur la prison d’Oukacha après les révélations de la commission exploratoire en juillet dernier.

Ilham BOUMNADE

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc