×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Régions

    Tanger: La ville veut protéger ses arbres

    Par L'Economiste | Edition N°:4184 Le 02/01/2014 | Partager
    Les arbres, victimes collatérales des travaux d’aménagement
    Le maire promet 100.000 nouvelles plantations en échange

    Lors de l’extension de la ville de Tanger, ce sont les arbres qui en font les frais. Le maire a promis de planter 100.000 autres pour les compenser lors des prochaines années

    UN immense chantier, c’est l’impression que donne la ville de Tanger depuis quelques années. Avec le lancement des travaux de certaines composantes urbaines du projet de Tanger Métropole, c’est l’effervescence dans certaines artères de la ville. Mais ceci n’est pas pour plaire à tout le monde. Certaines associations de défense du patrimoine et de l’environnement de la ville se préoccupent du sort des arbres de la ville de Tanger. Certaines espèces, plantées le long des artères périphériques de Tanger, sont particulièrement visées. Pour certaines, plantées le long de l’avenue des FAR ou de celle de l’Arabie saoudite ou encore Haroun Rachid ont été particulièrement visées. Ces artères connaissent d’importants travaux de réaménagement et même d’extension et d’élargissement de la chaussée, et ce sont les arbres qui sont les premières victimes, se plaint-on du côté des écolos de la ville de Tanger. A ces différentes accusations, la mairie de Tanger se veut rassurante. « Je voudrais faire part de ma désolation face au sort des arbres de l’avenue Haroun Rachid mais la décision était liée à l’avancement des travaux d’extension des avenues de la ville et nous ne pouvions faire autrement», expliquait Fouad El Omari sur sa page Facebook. Par contre le maire a promis de compenser la situation et a promis de procéder à la plantation de 100.000 arbres le long des rues et des espaces verts de la ville.
    A noter que l’environnement et le thème des espaces verts est l’un des plus mobilisateurs à Tanger. La forte pression urbanistique et le recul des espaces le long des dernières décennies ont largement sensibilisé les esprits en faveur de la préservation des arbres et des espaces verts. En début de siècle, Tanger avait la réputation d’être l’une des villes avec la plus faible superficie d’espaces verts par habitant. La cause était liée à l’inaction des conseils élus de l’époque qui n’avaient pas pu compléter les formalités administratives pour l’acquisition des lots de terrain identifiés comme espaces verts par les documents d’urbanisme, une tendance qui a commencé à s’inverser depuis quelques années.


    De notre correspondant,  Ali ABJIOU

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc