×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Competences & rh

    L’Université Souissi de Rabat évalue ses efforts

    Par L'Economiste | Edition N°:4183 Le 31/12/2013 | Partager

    «L’ACCRÉDITATION des structures de recherches au sein de l’Université Mohammed V-Soussi (UM5S) arrive à échéance pour la plupart d’entre elles en fin 2013», soulignait Radouane Mrabet, président de UM5S lors de la 7e édition de la journée consacrée à la recherche scientifique. Ainsi, procéder à une autoévaluation de ces structures pour mieux connaître le travail réalisé, les thématiques réellement traitées, les forces, les faiblesses,… est une nécessité.
    Il s’agit principalement de s’interroger sur l’apport de la coopération à l’échelle nationale et internationale en matière de la recherche scientifique. L’UM5S vient de mener une étude qui vise l’élaboration d’un aperçu global sur les différents accords de coopération.
    Pourquoi signer ces accords de coopération scientifique? «Les différents partenariats nous permettent de disposer d’un outil d’aide à la décision, de canaliser la coopération scientifique avec l’UM5S et d’optimiser l'énergie et l'investissement de l’université», souligne Hamid Bouabid, professeur à l’université Mohammed V Agdal.
    A présent, l’UM5S compte près de 123 conventions concernant tous ses établissements. L’année 2013 a connu la signature de plus de 40 accords au niveau national et international. «Santé, sciences humaines et sociales, ingénierie,… il s’agit d’un ensemble d’accords variés et qui s’inscrivent dans la continuité», explique Hamid Bouabid. Néanmoins, la médecine et les sciences médicales connaissent une large dominance, suivies de l’ingénierie et la science & technique.
    Assurer la pérennité de ces accords est essentiel, mais aussi un bon financement notamment de la part des partenaires est nécessaire. Dans ce sens, la quasi-totalité des conventions stipulent de prospecter et de chercher les ressources financières auprès d’autres organismes internationaux et nationaux. Et près de 33% des accords prévoient un financement par le partenaire (versement, frais de voyage, frais de séjour, assistance technique, etc.).

     

    Rajaa DRISSI ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc