×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Competences & rh

Enseignement privé: 10.000 cadres à former d’ici à 2016

Par L'Economiste | Edition N°:4183 Le 31/12/2013 | Partager
2.800 licenciés adhèrent au programme cette année
Des bourses de 1.000 DH par mois seront distribuées
Un budget de plus de 161 millions de DH a été alloué

La part globale de l’enseignement privé dans le système éducatif est estimée à 10,8% (soit 741.543 élèves), avec un effectif de 63.712 enseignants en 2012-2013. Le gouvernement prévoit de doubler cette part à terme, pour la porter à 20%. Ce qui nécessiterait près de 64.000 enseignants supplémentaires

APRÈS le programme 10.000 ingénieurs, place aux 10.000 cadres éducatifs du privé. Le gouvernement compte assurer à l’enseignement privé ses propres ressources humaines, afin de lui garantir son indépendance du public et de le tirer encore plus vers le haut. Le projet, initié par le chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, s’étale sur la période 2013-2016. Ouvert aux licenciés, toutes spécialités confondues, il sera piloté par le ministère de l’Enseignement supérieur, de la formation des cadres et de la recherche scientifique. Une enveloppe de 161 millions de DH y a été allouée. La formation se fera en partenariat avec les Ecoles supérieures de formation des enseignants et les Ecoles supérieures de technologie (EST). La première promotion, composée de 2.800 licenciés (sélectionnés parmi 20.000 candidats), a démarré ses cours la semaine dernière. Les étudiants auront droit à une bourse mensuelle de 1.000 DH pendant 10 mois. Une fois leur licence professionnelle en poche, ils pourront intégrer les écoles privées, estimées à quelque 3.668 établissements en 2012-2013. 
Pour concrétiser le projet, un contrat-programme a été signé entre le département de l’Enseignement supérieur et les présidents des universités dont relèvent les établissements de formation. Une commission spéciale, présidée par le chef du gouvernement, a par ailleurs été constituée en vue d’assurer le suivi. Composée de plusieurs départements ministériels ainsi que d’experts de l’éducation et de la formation, elle rendra des rapports détaillés suite aux réunions prévues en septembre, février et juin de chaque année.
«Si l’opération réussit, nous pourrons aller au-delà des 10.000 profils», annonce d’emblée le ministre de l’Enseignement supérieur, Lahcen Daoudi. «Après l’éducation, nous prévoyons d’élargir le programme à d’autres secteurs», poursuit-il. 
Un programme similaire, baptisé «l’Académie de l’enseignement», avait été lancé en 2011, suite à un accord signé entre le ministère de l’Education nationale et les associations professionnelles du secteur.
Environ 3.401 personnes en ont profité à octobre dernier. Quelque 2.350 d’entre eux ont d’ores et déjà intégré le marché du travail.

 

Ahlam NAZIH

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc