×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Competences & rh

    L’Anapec élargit son champ d’action

    Par L'Economiste | Edition N°:4183 Le 31/12/2013 | Partager
    Désormais, les migrants et non diplômés chômeurs peuvent s’adresser à l’agence
    Les dédommagements pour les chômeurs dès mars 2014
    Quel que soit le poste occupé, le montant ne dépasse pas 100% du SMIG

    Le ministre de l’Emploi, Abdeslam Seddiki, insiste sur l’importance d’ajouter des formations en médecine de travail, puisqu’il s’agit d’un profil rare et très demandé

    - L’Economiste: Où en êtes-vous actuellement en ce qui concerne le projet de loi sur l’indemnité pour la perte d’emploi?
    - Abdeslam Seddiki: Nous entamons la phase finale, tout est bouclé. Le projet de loi sera soumis au Conseil de gouvernement dans les prochains jours. Au plus tard, en mars 2014, il faudra que les indemnités commencent à être versées.  Il s’agit d’un dédommagement valable pour une durée de 6 mois pour les salariés ayant travaillé au moins deux ans et demi. Le montant versé est l’équivalent de 70%  du salaire perçu sans dépasser le SMIG. Ceci concerne tous les types d’emplois, quel que soit le poste occupé auparavant. Au démarrage, durant 3 ans, l’Etat participera à travers un fonds d’amorçage qui est déjà prévu dans le budget. Le salarié cotisera aussi avec 0,19% et l’employeur avec 0,38%. Par ailleurs, l’Anapec accompagnera les personnes ayant perdu leur emploi avec des formations pour pourvoir décrocher d’autres postes. Il s’agit d’une formation de recyclage.
    - Il faudrait réévaluer le code de travail aussi … 
    - Nous venons d’organiser un séminaire en participation avec des acteurs internationaux et des opérateurs marocains afin d’évaluer le code du travail. Aujourd’hui, notre objectif est de procéder à un examen des faiblesses et des forces du code de travail. Ceci va s’effectuer à travers l’observation et l’évaluation exhaustive de l’application du code au niveau de l’environnement. Ainsi, nous allons pouvoir avoir une idée sur ce qui marche et ce qui ne marche pas. Cette action permettra de mieux accompagner les changements que connaît l’environnement de l’emploi.
    - Quelles sont les perspectives pour 2014?
    - Améliorer l’employabilité des jeunes est une priorité au niveau national. Toutefois, l’Anapec s’est toujours intéressée aux jeunes diplômés chômeurs. Cette tranche ne  reflète que 20% du total des chercheurs d’emploi, soit 200.000 personnes. A partir de 2014, l’agence de promotion de l’emploi intégrera aussi les chômeurs non diplômés et migrants. Il s’agit d’une nouvelle mission dans le cadre de la réforme de l’agence.


    Propos recueillis par  Rajaa DRISSI ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc