×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprise Internationale

    Bruxelles veut s’imposer sur la 5G

    Par L'Economiste | Edition N°:4182 Le 30/12/2013 | Partager
    1,4 milliard d’euros investis pour une commercialisation d’ici 2020
    Enjeu: préempter les premiers brevets de cette technologie

    Alors que la 3G ne couvre pas encore tous les territoires et que la 4G est encore déployée, la bataille autour de la 5G fait déjà rage. La Commission européenne a annoncé en fin de semaine dernière qu’elle entendait rattraper son retard en la matière. Alors que la Corée du Sud promet déjà les premiers tests pour 2018, Bruxelles déclare ouvert son projet «5G PPP», un partenariat public-privé qui devra permettre la commercialisation de cette technologie dès 2020. Le consortium englobe Alcatel-Lucent, Ericsson, Huawei, mais aussi Orange, Telecom Italia, Intel ou encore Thalès. Il sera présidé par l’équipementier télécoms NSN (ex-Nokia Solutions and Networks). L’Europe met le paquet pour rattraper son retard. La Commission apportera la moitié des fonds, soit quelque 700 millions d’euros. Les opérateurs privés et équipementiers se chargeront du reste, pour un investissement total de 1,4 milliard d’euros. Pour pouvoir débuter ses activités dès 2014, le consortium commencera avec une enveloppe de 125 millions d’euros, qui seront dédiés aux travaux de standardisation pour le haut débit mobile et aux infrastructures nécessaires à cette technologie.
    Derrière cette course à l’innovation, se cache une course contre la montre pour le dépôt des premiers brevets dits «essentiels» avec, à la clé, la possibilité d’imposer sa propre conception de la 5G, et des royalties conséquentes en bonus.
    Si cette technologie tient ses promesses, il s’agira d’une véritable révolution du comportement des internautes, un gain de temps et d’énergie sans précédent couplé à la possibilité d’intégrer d’autres machines (hors tablettes et téléphones), comme les voitures, les appareils médicaux ou l’électroménager.  50 milliards d’objets pourraient être connectés à l’horizon 2020, avec un débit mille fois plus rapide qu’en 2010 et en ne consommant que 10% de l’énergie utilisée à l’époque. A ce rythme, télécharger un film sur son téléphone ne prendrait pas plus d’une seconde.


    Rime AIT EL HAJ

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc