×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Régions

    Tanger: Un salon pour les équipementiers

    Par L'Economiste | Edition N°:4181 Le 27/12/2013 | Partager
    150 exposants du secteur automobile attendus au printemps prochain
    L’objectif est de doper les commandes et élargir la clientèle locale

    Les équipementiers disposeront de leur propre salon dès ce mois d’avril à Tanger

    L’Amica entend bien continuer sur sa lancée dans la promotion des investissements. L’association qui regroupe les industriels du secteur automobile au Maroc organisera au mois d’avril prochain le premier salon des équipementiers automobile de Tanger. Le salon prendra place au sein de la Zone franche de Tanger, zone industrielle où se concentre la majorité des équipementiers de la région. Il s’agit d’un salon ouvert aux professionnels du secteur et qui se veut un outil pour la promotion du Maroc et de ses possibilités. Ce salon devra accueillir près de 150 exposants. Il devra servir pour mieux faire connaître Tanger en particulier comme destination de choix pour les investisseurs potentiels avec un nombre important de visiteurs dont des donneurs d’ordre européens. Le Maroc et Tanger sont en effet dans le viseur de nombreux constructeurs et plusieurs d’entre eux ont intégré Tanger dans leur quête de nouveaux fournisseurs.
    L’objectif est de doper l’investissement dans le secteur, mais surtout de fidéliser les gros opérateurs installés au Maroc. En effet, si le Royaume a réussi à attirer de grands noms du monde de l’industrie automobile dans le sillage de Renault, il reste à les fidéliser en leur assurant un réseau de sous-traitants de deuxième et de troisième ordre. Or c’est là où les actions de l’Amica entendent se concentrer. Il s’agit aussi d’élargir le portefeuille de clients des équipementiers locaux. En effet, certains arrivent à fournir divers constructeurs dont le groupe PSA ou Volkswagen à partir du Maroc, mais d’autres dépendent en grande partie des commandes d’un seul constructeur, en l’occurrence Renault.
    L’adage veut que l’on ne mette pas tous les œufs dans le même panier et malgré une augmentation de la capacité de l’usine de Tanger avec le lancement de la deuxième chaîne en octobre dernier, plusieurs opérateurs aimeraient disposer d’un panel plus large de clients. Le Maroc, à la différence d’autres pays du sud de la Méditerranée, est le mieux placé pour profiter de cette manne de commandes potentielles des différents sites de production automobile du sud de l’Europe avec une capacité totale de près de six millions d’unités à moins de 48 heures par route de Tanger. Une aubaine pour un pays qui a placé le secteur automobile parmi ses priorités.


    De notre correspondant, Ali ABJIOU

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc