Economie Internationale

Tourisme: Madrid perd du terrain

Par | Edition N°:4180 Le 26/12/2013 | Partager
Le nombre d’arrivées baisse de 7% par rapport à 2012
La ville parmi les 4 régions ayant le plus faible taux d’occupation hôtelière d’Espagne

L’Espagne a reçu 57,6 millions d’étrangers à fin novembre 2013. Valence a attiré le plus gros pourcentage de touristes internationaux

LE farniente espagnol attire toujours les touristes en masse malgré la crise économique. L’Espagne se prépare en effet à boucler une bonne année en matière de tourisme avec 5% d’arrivées en plus que 2012. En dépit de cette bonne perspective, le ministère du Tourisme espagnol tire la sonnette d’alarme sur l’attractivité de Madrid que beaucoup d’observateurs jugent inquiétante. Selon l’enquête de mouvements touristiques en frontière (Frontur), l’arrivée de touristes dans la communauté de Madrid ont baissé de près de 7% par rapport à la même période de 2012. La ville n’aura finalement  accueilli que 3,9 millions de touristes sur les 11 mois écoulés. Le mois d’août est un bon exemple de cette tendance avec 290.494 touristes, c’est-à-dire une chute interannuelle de 22,2%. Ces chiffres sont inquiétants pour
la communauté autonome, qui se voit rétrogradée parmi les quatre régions au plus faible taux d’occupation hôtelière: 41,7% pour août 2013. Et ce malgré la baisse du prix des nuitées de 6,3%. La facturation moyenne d’une chambre est de 65 euros soit une baisse de 5,7% en un an.

D’un autre côté, les données de l’Institut national de statistiques (INE) sont moins alarmantes pour Madrid. Selon INE, la ville enregistre une baisse interannuelle de seulement 4,7%. L’écart de chiffres entre l’INE et Frontur s’explique par une différence de comptabilisation. Frontur comptabilise les arrivées à Madrid en tant que destination principale, l’INE comptabilise aussi les voyageurs de passage ou en escale.

L’enquête du ministère du Tourisme reflète aussi une baisse au niveau de tous les marchés traditionnels de Madrid, à savoir la France, les Etats-Unis, l’Allemagne et le Portugal. Mais relève aussi une hausse des arrivées en provenance d’Amérique latine avec une augmentation de 17,2%.

Pour Ana Isabel Mariño, conseillère au tourisme, plusieurs données peuvent expliquer ses mauvais résultats. Par exemple, la grève des éboueurs madrilènes qui a rempli les rues de la capitale d’ordures durant 13 jours. «La grève a eu pour conséquence la baisse du tourisme, des loisirs et des vacances de 17,9% pour un total de 42.934 touristes en moins, ce qui est une quantité supérieure au total des touristes perdus en novembre par la communauté de Madrid», se justifie le gouvernement régional. En plus de cela, Mariño avait déjà justifié les statistiques négatives en septembre par la situation d’Iberia, le climat général de crise, les manifestations et les «émeutes» qu’a connus la capitale.


Amine ATER

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc