×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Société

Coupe du monde des clubs
Le Maroc prouve ses capacités d’organisateur

Par L'Economiste | Edition N°:4177 Le 23/12/2013 | Partager
Le Raja a bien résisté à la machine du Bayern
Une semaine d’émotion et de fierté pour tous les Marocains
Une répétition pour les prochaines coupes organisées au Maroc

C’EST le Bayern Munich qui a remporté la Coupe du monde des clubs, mais le Raja n’a pas démérité. L’équipe

C’est le Roi Mohammed VI qui a remis le trophée de la Coupe du monde des clubs au capitaine de l’équipe du Bayern Munich, Philipp Lahm

casablancaise, le Petit Poucet comme l’a surnommé la presse sportive (nationale et internationale),  s’est battu  pour arriver à la finale du 21 décembre. Le Raja a ainsi écrit une page de l’histoire du football arabe et marocain en accédant pour la première fois à une finale d’une aussi prestigieuse compétition internationale. Celle-ci s’est jouée en présence du Roi Mohammed VI et des princes Moulay El Hassan et Moulay Rachid et comme prévu par les organisateurs à guichet fermé.
Au-delà des résultats de cette finale, c’est le Maroc qui sort gagnant de cette compétition et ce à plusieurs titres.  «Le Royaume a réussi à tout mettre en place et aux normes de la Fédération internationale de football. Et grâce à cette coupe nous sommes rodés à des événements de cette ampleur et pouvons espérer plus», estime Karim Alem, directeur de l’événement. Le pays hôte a pu en effet mettre à l’épreuve son savoir-faire dans l’organisation. Bien que celle-ci reste perfectible, cette première Coupe du monde des clubs a permis de mettre le doigt sur les défaillances qui devraient être corrigées pour 2014.  Le Maroc, pour rappel, a été retenu par la FIFA en tant que pays hôte de la Coupe du monde des clubs pour deux ans. Outre ce mondial, il devra aussi accueillir en 2015 la Coupe d’Afrique des Nations. Autant de tests et d’arguments de poids qui pourraient jouer en la faveur de la candidature marocaine pour la Coupe du monde de 2026, un événement de plus grande envergure. Dans la foulée, le Royaume a renforcé ses infrastructures sportives avec une enveloppe de 60 millions de DH pour une mise à niveau. «C’est un patrimoine pour le pays hôte dont ont profité particulièrement les villes de Marrakech et Agadir qui ont abrité la coupe de 2013», tient à souligner Mohamed

Le Raja n’a pas démérité et se classe deuxième de cette coupe mondiale des clubs. Ci-dessus, l’équipe casablancaise avec le Souverain qui a félicité le Raja pour son parcours

Raouraoua, président de la commission d’organisation de la Coupe du monde des clubs auprès de la FIFA.
Sur le plan sportif, les exploits du Raja face aux grandes équipes internationales ont réconcilié les Marocains avec le foot. Enfin, les répercussions de cette coupe étaient aussi  économiques et ont profité à quelques établissements de la ville touristique. Des hôtels ont fait le plein le week-end dernier. D’abord, les 5 hôtels qui accueillaient les joueurs et les staffs des équipes, la délégation de la FIFA et les arbitres. Ensuite, d’autres hôtels ont reçu des clients de Casablanca, de Rabat et d’Agadir ainsi que des supporters allemands et brésiliens. Les retombées étaient aussi importantes pour les petits commerces qui ont profité de cette manne touristique avant la saison des fêtes de fin d’année. Et puis, cette coupe était surtout un «super coup» de promotion pour le tourisme et pour Marrakech qui mise sur le tourisme brésilien entre autres. Hamid Bentahar, président du CRT de Marrakech, se réjouit de cette double opportunité qui a offert une

Les supporters du club casablancais sont venus par milliers le soutenir. Le grand stade de Marrakech affichait déjà complet à deux jours de la finale

visibilité à la vitrine de Marrakech. Pour lui, les reportages couvrant cette rencontre footballistique ont fait  de la publicité à grande échelle de la destination. D’après le comité d’organisation local, près de 200 médias du monde entier, représentant les chaînes de télévision, les stations radio, les agences de presse, les magazines et les médias électroniques, couvraient ce mondial.


B. B.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc