×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Marrakech/Gestion des ordures
    Tecmed affiche ses ambitions

    Par L'Economiste | Edition N°:4175 Le 19/12/2013 | Partager
    L’espagnol renforce ses installations et promet un meilleur service à l’avenir
    Il brigue une reconduction de son mandat avec la mairie
    Le conseil de la ville revoit ses contrats de gestion en avril prochain

    Tecmed a été plusieurs fois mis en garde par la mairie de Marrakech pour les retards de ramassage des déchets. L’espagnol s’engage pour une meilleure gestion à l’avenir
     

    PLUS que quelques jours avant l’expiration du contrat qui lie la communauté urbaine de Marrakech aux gestionnaires délégués des ordures et du nettoiement et la ville compte introduire de grands changements. Elle privilégie à l’avenir de confier ces services à des sociétés d’exploitation mixtes où elle sera actionnaire. La mairesse de Marrakech, Fatima Zohra Mansouri, a fait approuver un texte en septembre dernier qui décrète un nouveau cahier des changes pour la collecte des déchets et le nettoiement des artères et places publiques. Ce cahier des charges introduit de nouveaux changements qui concernent en premier lieu la répartition géographique. D’abord, un schéma de triple concession pour Marrakech au lieu de deux comme cela avait été initié précédemment.
    Le choix de partager la ville en trois se justifie par la diversité du tissu urbain et par la volonté d’offrir aux habitants les meilleures prestations de service possibles. Ainsi, la gestion sera fractionnée en trois lots: l’arrondissement Menara, Guéliz/Nakhil et Sidi Youssef Ben Ali adossé à la médina. En plus d’un dossier technique solide, les adjudicataires seront retenus selon des propositions de gestion financière viables, la qualité de leurs prestations et leur efficacité sur le terrain.
    Ensuite, les nouveaux contrats qui les lieront au conseil de la ville prévoient des pénalités en cas de non-respect des modalités de partenariat et surtout une plus grande marge de manœuvre des services de contrôle de la mairie. La résiliation du contrat par exemple sera possible dès que les pénalités atteignent le seuil de 5% des redevances. Tecmed qui a eu à gérer pendant 6 ans le service de nettoyage et de ramassage des ordures, dans les quartiers de la Menara et du Guéliz, souhaite reconduire l’expérience. D’où des investissements à quelques semaines de la fin de son contrat. La société espagnole vient d’installer 700 nouveaux bacs à déchets qui portent sa flotte à 1.800 bacs. Soit 6 fois plus que ses engagements. L’espagnol a aussi renforcé ses équipes avec 50 nouveaux agents dédiés au nettoyage urbain des rues et espaces publics et espaces verts. Pour rappel, Tecmed Marrakech assure depuis 2007 la collecte de 450 tonnes/jour de déchets pour des quartiers périphériques de la ville supposés être à plus forte densité : Guéliz et Menara, tient à préciser Fernando Sogo, directeur général de Tecmed Marrakech. Ce qui équivaut aux 2/3 du volume global de la ville évalué à 700 tonnes/jour, dit-il. Et de poursuivre, «Tecmed Marrakech s’engage désormais pour une meilleure optimisation, vis-à-vis des prochains contrats, un réaménagement organisationnel avec une conteneurisation adaptée à chaque zone qui permet de réguler la fréquence quotidienne des passages des camions». Reste à savoir si ces promesses seront bien tenues et la balle est dans le camp du conseil de la ville!
    B. B.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc