×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Marsa Maroc prépare son introduction en Bourse

    Par L'Economiste | Edition N°:4175 Le 19/12/2013 | Partager
    Plus de 80% de ses activités certifiées
    Un chiffre d’affaires de 1,9 milliard de DH en 2012
    Expansion vers l’Afrique de l’Ouest et le Maghreb

    Première sortie pour le staff de Marsa Maroc depuis sa création en 2006. Une rencontre qui intervient suite à  l’obtention de la certification ISO 9001 version 2008 pour les activités «Conteneur» et «Trafic voiturier» au port de Casablanca, ainsi que pour ses activités au port de Safi.
    «Cette certification s’inscrit dans un objectif plus ambitieux de triple certification Qualité-Sécurité-Environnement à l’horizon 2016 qui permettra à Marsa Maroc de disposer d’une politique globale de gestion des risques», a déclaré Mohammed Abdeljalil, président du directoire de Marsa Maroc.
    Ces nouvelles certifications, obtenues suite à des audits menés par le cabinet TUV Rheinland, interviennent après celles de 2011-2012 de l’activité Freight Forwarding à Casablanca et des activités de Marsa Maroc au terminal polyvalent du port de Tanger Med. Aujourd’hui, plus 80% des activités de l’opérateur sont certifiées, selon le management. Ce qui le hisse au niveau des standards internationaux dans le secteur.

    Délais de séjour

    Cependant, ses délais de séjour (9 jours) sont loin de s’aligner aux meilleures pratiques en la matière (5 à 6 jours pour les plus performants au niveau international). Le management entend les ramener bientôt à 8 jours, bien que ce délai dépende en partie d’autres intervenants (transitaires, douaniers, transporteurs…), selon les termes de Mohammed Abdeljalil. Les autres indicateurs de gestion (délais de chargement des camions, sinistralité…) sont également en constante amélioration, à en croire le management.
    Aujourd’hui, au bout d’un processus lancé en 2007 avec la réforme portuaire, l’opérateur s’apprête à ouvrir son capital. Les responsables de Marsa Maroc se défendent toutefois de vouloir coïncider l’évènement avec la publication de l’appel d’offres ciblant la cotation en Bourse de l’opérateur portuaire.
    En effet, cet appel d’offres, lancé hier mercredi 18 décembre  par le ministère des Finances et dont l’ouverture des plis est prévue le 3 février 2014, a pour objet la «réalisation d’une mission d’évaluation et de placement à la Bourse de Casablanca d’une part minoritaire du capital de la société d’exploitation des ports : Marsa Maroc».
    Par ailleurs, Marsa Maroc ambitionne de se développer sur le marché international pour devenir à terme un opérateur portuaire de référence à l’échelle régionale, une ambition confirmée par les récentes concessions du Terminal à conteneurs multi-utilisateurs (TC4) au port de Tanger Med II et du terminal à conteneurs (TC3) au port de Casablanca. L’opérateur n’exclut pas une expansion à l’international, notamment vers l’Afrique de l’Ouest et le Maghreb.
    Créé en 2006, Marsa Maroc, opérateur portuaire multidisciplinaire employant 2.279 collaborateurs, a réalisé un chiffre d’affaires de 1,9 milliard de DH en 2012, en hausse de 2% par rapport à l’année précédente, avec un trafic global de 35,9 millions de tonnes (+2%).
    Aziza EL AFFAS

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc