×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Berkane/Campagne céréalière
    En attendant la pluie

    Par L'Economiste | Edition N°:4172 Le 16/12/2013 | Partager
    Trop faibles précipitations en ce début de campagne agricole
    Retard dans la généralisation des travaux du sol et le lancement des semis

    En dépit des précipitations de la mi-novembre, les agriculteurs attendent toujours une pluviométrie plus conséquente. Une bonne saison agricole est, en partie, tributaire des pluies automnales. Le lancement de l’actuelle saison céréalière a été marqué par une sécheresse prolongée de plus de deux mois (du 10 septembre au 15 novembre), souligne un communiqué de l’Office régional de mise en valeur agricole de la Moulouya (Ormvam).
    Les premières pluies significatives de l’actuelle campagne céréalière n’ont été enregistrées qu’à partir du 16 novembre (17 mm en moyenne avec des variations de 4 à 34 mm selon les stations). Elles ont été suivies par les averses du 22 novembre (11 mm en moyenne) et une troisième durant les premiers jours de décembre avec des variations qui oscillent entre 10 et 44 mm. Au niveau de l’ensemble du périmètre de la Moulouya, la moyenne des précipitations enregistrée était en deçà des attentes. Leur cumul a atteint, jusqu’au 10 décembre 71 mm (86 mm dans la province de Berkane, 59 mm dans la province de Nador et 56 mm dans la province de Taourirt), contre 208 mm enregistrés lors de la précédente campagne. Au niveau de l’ensemble du périmètre géré par l’Ormvam, les pluies n’ont guère dépassé 17 mm contre 167 mm en 2012. De même, la vente des semences certifiées des céréales a totalisé, jusqu’au 10 décembre, 18 200 Qx contre 30.700 Qx en 2012. Conséquence immédiate, retard dans la généralisation des travaux du sol et le lancement des semis.
    Concernant les superficies emblavées pour l’actuelle saison, elles avoisinent les 60.200 ha et les semis ont couvert 48.200 ha dont 42.100 ha en bour contre 54.300 ha lors de la précédente campagne. Effort qui a impacté directement sur le taux de réalisation qui a atteint 90 % par rapport à 2012-2013 et 58 % par rapport au programme de l’actuelle saison.
    Le programme céréalier tel qu’il a été dévoilé par l’Ormvam est de 83.000 ha dont 70.000 ha en bour, 2.800 ha en périmètre de moyenne hydraulique et 10.200 Ha en périmètre de grande hydraulique. 1.300 ha de cette superficie sont réservés au programme de multiplication de semences afin de contribuer à la sécurisation des besoins des agriculteurs en semences céréalières conformément à la convention de la filière semencière. Ceci dit, plusieurs indicateurs laissent présager une bonne saison agricole car rien n’est encore perdu, précise Yahia Ghoumari, chef du service de production à l’Ormvam. La Région a connu par le passé des situations similaires mais qui se sont soldées malgré tout par des réalisations satisfaisantes. Cela dépendra en définitive du régime pluviométrique qui caractérisera le reste de la campagne agricole.

    La Région a connu
    par le passé des situations similaires mais qui se sont
    soldées malgré tout par
    des réalisations satisfaisantes


    De notre correspondant,  Ali KHARROUBI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc