×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Entreprise Internationale

    Un nouveau fiancé pour PSA

    Par L'Economiste | Edition N°:4172 Le 16/12/2013 | Partager
    Le groupe est prêt à accueillir le chinois Dongfeng après la rupture avec GM

    Une page est tournée dans l’histoire de PSA Peugeot Citroën. Après le retrait de son allié General Motors, la firme s’apprête à l’arrivée du chinois Dongfeng dans son capital avec un engagement probable de l’Etat français. La transaction devrait se monter à 3,5 milliards d’euros, selon différentes sources. Celles-ci précisent aussi que les négociations avec le chinois pourraient être bouclées en début de 2014 et les résultats annuels de PSA seront présentés en février. D’après les premières indiscrétions, PSA aidera Dongfeng à développer une marque propre et les deux constructeurs visent l’énorme marché chinois.
    L’Etat français souhaite connaître la nature exacte de l’accord avant de se prononcer sur sa décision, comme l’a confirmé Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif, à la presse française. Promesse faite que «la ligne rouge c’était que PSA reste français». De son côté, le ministre de l’Economie, Pierre Moscovici, rassure en faisant savoir que «l’Etat est très impliqué dans l’avenir du groupe». Ce dernier a déjà bénéficié du soutien des pouvoirs publics grâce  à une garantie publique de 7 milliards d’euros à sa filiale bancaire.
    Actionnaire historique, la famille Peugeot a aujourd’hui les moyens  limités. Elle avait pourtant participé à une hausse de capital d’environ un milliard d’euros lancée en mars 2012 qui avait permis l’arrivée de l’américain General Motors. La firme pourrait voir sa part tomber de 25,4% (38,1% des droits de vote) à environ 15%.
    Des décisions ont été prises aussi côté GM qui va changer de patron en janvier. A la surprise générale, il a annoncé la vente de ses 7% (soit 24,8 millions d’actions) via un placement privé réservé à des investisseurs institutionnels.


    F. Z. T.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc