×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Competences & rh

Imanor accélère ses homologations

Par L'Economiste | Edition N°:4168 Le 10/12/2013 | Partager
En 2014, 800 nouvelles normes seront adoptées
Certificateurs privés, attention au risque de complaisance
Conformité aux normes, un levier pour les exportations

Abderrahim Taïbi, directeur d’Imanor, insiste sur l’importance d’attirer les entreprises vers la certification de leurs produits et systèmes de management afin d’avoir une meilleure crédibilité au niveau international. Parallèlement, c’est un avantage concurrentiel. La certification permet à un produit donné d’une entreprise de se différencier par rapport à un autre sur le marché
 

- L’Economiste: Quel est le rôle d’Imanor afin d’améliorer les exportations au niveau de l’économie nationale?
- Abderrahim Taïbi, directeur d’Imanor: Il n’existe pas de système qui permette de mesurer l’impact de la conformité par rapport à l’effet sur le marché, notamment celui de l’exportation.
Cependant, si les entreprises marocaines ne se conforment pas aux normes, elles risquent d’être écartées de la concurrence internationale.
Les standards, qu’ils soient nationaux ou internationaux, sont fondés sur des pratiques reconnues à l’échelle internationale. Ainsi, se conformer à la norme rassure non seulement le client final, mais aussi l’intermédiaire (centre de distribution  par exemple). La certification étant visuelle, elle assure la qualité du produit et permet aux producteurs de se distinguer de la concurrence.
- La présence de cabinets privés de certification des systèmes de management ne pose-t-elle pas problème pour Imanor?
- Imanor est le seul organisme qui atteste qu’un produit est conforme aux normes marocaines. Les systèmes de management peuvent en revanche être certifiés aux normes internationales par des cabinets privés. Ainsi, le champ d’intervention est ouvert à tous les opérateurs privés. Mais qu’il s’agisse des normes marocaines ou internationales, Imanor et les opérateurs privés ont du pain sur la planche car ils doivent certifier un nombre important d’entreprises. Cependant, il faut veiller à préserver l’image et assurer la crédibilité de la certification à l’échelle internationale. 
Cette reconnaissance doit être accordée selon les règles de l’art.  L’aspect commercial  ne doit pas dominer chez les opérateurs privés afin de ne pas tomber dans le risque de complaisance.

- Quelle est la tendance du nombre d’entreprises certifiées en 2013?
- En 2013, plus de 200 entreprises ont obtenu la certification de conformité aux normes marocaines.
Imanor a procédé à la réalisation de nombreux audits nécessaires pour le maintien ou le renouvellement des certificats attribués. Il a octroyé de nouveaux certificats de conformité à des produits dont 11 concernent le label halal.
Par ailleurs, 14 nouveaux organismes ont obtenu la certification de leurs systèmes de management de la qualité, de l’environnement, de la santé et la sécurité au travail.

- Quel est le plan d’action d’Imanor pour les prochaines années?
- Jusqu’à présent, Imanor n’a pas encore tenu son premier conseil d’administration. Au cours de cette année, l’Institut a poursuivi le processus d’adaptation des procédures de travail en matière de normalisation et de certification. Objectif, les adapter aux dispositions de la loi 12-06 portant sur la création d’Imanor. Nous avons aussi élaboré les documents nécessaires pour le fonctionnement de notre organisme dont notamment le projet de statut personnel.
L’organigramme et le plan de développement stratégique sont fin prêts et bientôt seront soumis à l’approbation du conseil d’administration.
Comme perspective de développement en 2014, nous prévoyons l’adoption de 800 nouvelles normes dans les différents secteurs d’activité économique. 400 d’entre elles seront européennes. L’objectif est de se rapprocher de la réglementation en vigueur en Europe. De plus, Imanor compte attribuer plus de 30 nouvelles certifications et réaliser des audits de suivi ou de renouvellement des certificats attribués à plus de 200 organismes.

Propos recueillis par Rajaa DRISSI ALAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc