×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Les Cahiers de l'Émergence

    Plan Maroc Vert: Comment la région a valorisé ses filières agricoles

    Par L'Economiste | Edition N°:4165 Le 05/12/2013 | Partager
    Développement de l’agroalimentaire et encadrement technique des agriculteurs… les axes
    Deux méga-projets d’agrégation lancés avec l’appui de Centrale Laitière et Nestlé Maroc
    Lait, viande rouge, betterave… de grandes avancées dans la production

    La Centrale Laitière, très impliquée dans le développement de la région avec son projet d’agrégation touchant quelque 29.000 producteurs, va miser 1,85 milliard de DH durant les 3 ans que durera le programme

    Doukkala-Abda fait partie des régions qui ont su le mieux valoriser leur production agricole au profit de leur population. Le plan Maroc Vert a davantage renforcé cette vision à travers le développement du secteur agroalimentaire en lui garantissant notamment un approvisionnement en matières premières nécessaires.
    La production du lait au niveau de la région figure parmi les secteurs ciblés par le PMV avec un objectif de tripler la production à l’horizon 2020. «On peut qualifier notre région comme championne dans ce secteur avec une production de lait de près de 450 millions de litres par an, dont la production usinée s’élève à 250 millions de litres», indique Abderrahman Naili, directeur régional de l’agriculture de Doukkala-Abda. Ce qui permet à la région de contribuer dans la production nationale avec une part de 22%. A signaler que 5 usines de transformation sont opérationnelles au niveau de la région. Le grand lot de la production, soit 68%, est assuré par la Centrale Laitière suivie par Nestlé Maroc avec une part de 20%. «Avec la nouvelle stratégie du PMV, l’objectif est d’assurer un développement pérenne de la filière lait pour lui permettre de faire face aux fluctuations des prix en renforçant les systèmes de production locaux et leur compétitivité», ajoute le directeur régional de l’agriculture. Pour ce faire, deux projets d’agrégation sont programmés dans le cadre du PMV au niveau de la région avec le partenariat de deux grands industriels du secteur.
    Le premier, déjà conclu, porte sur l’agrégation de 10.766 producteurs laitiers, soit 24% des producteurs de la région, autour de l’usine Nestlé Maroc. Ces éleveurs possèdent 17.700 têtes de vaches laitières et sont organisés en 130 coopératives de collectes de lait. Dans le cadre de ce projet, l’agrégateur va assurer aux éleveurs la collecte de la production laitière totale. Et également l’accès au financement des facteurs de production (aliments, génisse, matériel d’irrigation, équipements de traite…), de la construction et l’équipement des centres de collectes sans oublier l’encadrement technique. Pour ce faire, le projet prévoit la mobilisation, durant trois ans, d’un investissement de près 50 millions de DH dont 70% seront préfinancés par l’agrégateur au profit des éleveurs. «Avec le lancement de ce projet, nous espérons atteindre une  production laitière de 74 millions de litres contre 40 millions de litres actuellement», précise Naili.
    Le second projet est en cours de validation avec la Centrale Laitière comme agrégateur. Il va toucher 29.000 producteurs livrant leur lait à 201 coopératives et 83 centres de collecte de lait. L’investissement total du projet s’élève à 1,85 milliard de DH durant les 3 ans du projet. 70% des besoins en financement des investissements prévus par les agrégés sont préfinancés par l’agrégateur.
    Toujours dans le même registre, il faut signaler le projet déjà lancé portant sur le développement de la production laitière dans le cadre de la sauvegarde de la lagune de Oualidia. Ce projet va permettre la conservation de la production de maïs et l’amélioration des revenus de 200 éleveurs bénéficiaires. Le budget mobilisé pour ce projet s’élève à 33 millions de DH. Outre le développement de la production laitière, la région s’est engagée également dans un programme pour la promotion de la filière des viandes rouges. Cela à travers notamment l’amélioration de la structure génétique du cheptel par le biais de l’importation du bétail laitier de race mixte et l’insémination artificielle.
    L’effectif du cheptel  est estimé à 410.000 têtes de bovins et 1,7 million têtes des ovins. La production de la viande rouge au niveau de la région est estimée à 47.000 tonnes par an. Notons par ailleurs que la région  a enregistré des avancées dans la culture de la betterave. Ce qui lui a permis de réaliser une récolte exceptionnelle lors de la campagne 2012-2013. Ainsi, la superficie emblavée en betterave à sucre a augmenté de 73% pour atteindre plus de 12.500 ha. Un bon encadrement technique des agriculteurs avec un système d’irrigation efficace a permis d’obtenir un rendement de 64 tonnes par ha contre 58 tonnes comme moyenne durant les cinq dernières années.
    Une telle performance a permis d’avoir une production totale en racines de 810.000 tonnes d’une valeur de production de 420 millions de DH. Une récolte qui  a permis d’avoir une production du sucre de près de 115.000 tonnes. Cela s’est traduit par une amélioration du chiffre d’affaires des agriculteurs à 34.000 DH par ha contre 28.900 DH réalisé lors de la campagne précédente. A noter qu’une unité de sucrerie est opérationnelle au niveau de la région avec une capacité de production de 15.000 tonnes par jour.

    Irrigation

    Ces succès réalisés par la région reviennent en partie à la stratégie menée en matière de mobilisation de l’eau basée sur un programme de reconversion des systèmes d’irrigation de la région (le gravitaire et l’aspersif) en système d’irrigation localisé avec un objectif de près de 89.700 ha à reconvertir à l’horizon 2023. Ce chantier va nécessiter un investissement de près de 5,3 milliards de DH.  Près de 40.000 ha seront réalisés en collectif avec le soutien des pouvoirs publics. Pour cette partie, 1.100 ha déjà achevés au niveau du secteur de Boulaouane, et 10.700 ha lancés en 2011 dans le cadre d’un projet financé par la Banque mondiale et la Banque africaine de développement pour un coût d’investissement de près de 795 millions de DH.

    Noureddine EL AISSI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc