×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Les Cahiers de l'Émergence

De nouvelles infrastructures pour le décollage de la région

Par L'Economiste | Edition N°:4165 Le 05/12/2013 | Partager
Lancement des travaux du grand port minier de Safi
Il répondra aux besoins de la nouvelle centrale électrique et de l’OCP
Le chantier de l’autoroute El Jadida-Safi avance selon le calendrier

LE développement économique de la région de Doukkala-Abda impose son désenclavement ainsi que son ouverture sur

Le nouveau port minier de Safi aura pour mission de répondre aux besoins de la future centrale électrique et ceux du groupe OCP

le monde extérieur. Pour ce faire, deux projets de grande envergure sont lancés, ce qui va permettre de donner un nouveau souffle à l’émergence de la région en tant que nouveau pôle économique du pays. Le premier projet porte sur la construction du port minier situé sur le littoral atlantique à environ 15 km de Safi. Le coût de l’investissement avoisine les 4 milliards de DH. Ce qui va permettre la création de 400 emplois directs et indirects lors de la mise en exploitation du nouveau port. Les travaux d’installation du chantier sont en cours avec un taux d’avancement de plus de 70%, est-il précisé.
Le projet est situé à proximité de la nouvelle centrale électrique de Safi lancée par l’Office national de l’électricité et de l’eau (ONEE) et le futur hub phosphatier de l’OCP dans cette région. En effet, la construction du port est programmée en trois phases en vue de répondre aux besoins évolutifs de ces deux grands projets. Selon la direction des ports et du domaine maritime, «la première phase, dont l’achèvement est prévu en 2017, permettra de sécuriser l’approvisionnement de la nouvelle centrale de l’ONEE en charbon à hauteur de 3,5 millions de tonnes par an». Cette première phase est scindée en deux lots. Le premier porte sur la construction des ouvrages de protection, du quai charbonnier, celui du service, la réalisation des dragages et remblais. Alors que le second lot sera consacré à la voirie et les réseaux divers du port.
La deuxième phase projetée à l’horizon 2020 a pour objectif de doubler la capacité d’accueil pour satisfaire la demande de l’extension de la centrale estimée à 7 millions de tonnes de charbon par an. Pour accompagner le développement du futur complexe de l’Office, le nouveau port devrait être doté de quais dédiés au trafic export et import du groupe OCP.

vide

Ce qui va permettre la reconversion du port de Safi actuel en port de commerce et de croisière. En ce qui concerne la question du respect de l’environnement, les promoteurs du projet avancent que «les études d’impact environnemental et de la sécurité menées par des cabinets indépendants attestent que la santé et la sécurité publique ne seront pas affectées par la construction du nouveau port». Mais pour rentabiliser cette infrastructure portuaire, il faut la relier aux réseaux ferroviaire et routier. En matière de routes, de nouveaux projets de desserte sont programmés en vue de relier le futur port et la centrale électrique au réseau routier national. Un projet de rocade est également prévu en 2015 pour permettre le contournement des industries chimiques de l’OCP et le désenclavement des quartiers périphériques de Safi. Mais le désenclavement total de cette ville et sa région sera concrétisé grâce à la mise en service du tronçon autoroutier reliant Safi à El Jadida, prévue aussi en 2015. L’investissement est estimé à 4,8 milliards de DH. D’une longueur de 143 km, l’autoroute El Jadida-Safi constitue un projet structurant qui va permettre la valorisation des potentialités agricoles, industrielles et touristiques de la région.
Parallèlement, un programme est lancé depuis 2005 pour le désenclavement du monde rural des deux provinces pour un budget de 225 millions de DH. Le taux d’avancement global de ce programme, qui porte sur près de 500 km, avoisine les 75%.

Autouroute: Etat d’avancement

LE futur embranchement routier a été conçu de telle sorte à desservir les grands centres urbains de la zone. La liaison autoroutière est composée de quatre tronçons. Le premier d’une longueur de 20,6 km reliant El Jadida à Jorf Lasfar en traversant plusieurs communes comme Haouzia et Moulay Abdelah. Suivi d’un autre tronçon de 39,4 km reliant Jorf Lasfar à Sidi Smail. Alors que le troisième tronçon (38,6 km) desservira Oualidia qui sera pour sa part reliée à Safi sur une longueur de 43,5 km. Les travaux sont entamés au niveau des quatre tronçons avec des taux d’avancement différents qui varient entre 10 et 30%. Dans le même chapitre, signalons les programmes de maintenance et de développement du réseau routier existant au niveau de la région. Pour les provinces d’El-Jadida et Sidi Bennour, un budget de 645 millions de DH a été alloué pour le renforcement, l’élargissement ou le revêtement de 550 km entre 2012 et 2016. Plus de 160 km sont déjà réalisés pour un investissement de près 90 millions de DH, alors que les travaux en cours portent sur 180 km pour un budget d’environ 190 millions de DH.

Noureddine EL AISSI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc