×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Ce qu'attend Jlec du marché boursier

    Par L'Economiste | Edition N°:4165 Le 05/12/2013 | Partager
    Le management du producteur privé d’électricité veut institutionnaliser son capital
    Objectif: accompagner ses perspectives de développement et augmenter sa notoriété

    Majid Iraqui, président du directoire de Jlec: «On attend que le marché reconnaisse à sa juste valeur notre entreprise»

    A travers son introduction en Bourse prévue pour le 24 décembre 2013, Jlec espère renforcer son ancrage dans le paysage économique. En s’associant au grand public, le producteur d’électricité entend accompagner sa croissance. Majid Iraqui, président du directoire de la société, revient pour L’Economiste sur ses attentes par rapport au marché boursier     

    - L’Economiste: Quelles sont les motivations de cette introduction?
    - Majid Iraqui: L’introduction à la Bourse de Casablanca est pour Jlec un élément important d’institutionnalisation, de notoriété et de confiance. L’opération répond ainsi à plusieurs objectifs: elle va permettre d’ancrer plus encore la filiale de Taqa dans le tissu économique marocain en associant au capital de la société de nouveaux partenaires et notamment de grands institutionnels de la place.
    Avec une action ouverte à tous les investisseurs, la cotation est également une occasion d’accroître la proximité de l’entreprise avec le grand public et de le faire bénéficier de sa performance opérationnelle et financière.

    - 9 milliards de DH de valorisation, n'est-ce pas trop?
    - La valorisation à 9 milliards de DH découle d'une méthode de valorisation consistante avec un business plan robuste et un rendement régulier et non cyclique, avec une forte résilience aux fluctuations économiques. Dans notre business plan, nous avons été conservateurs et nous avons tenu à valoriser le cash-flow sécurisé par les contrats avec l’ONEE/Gouvernement du Maroc sans tenir compte des potentiels de croissance.

    - Dans un contexte difficile, une entrée en Bourse avec un cours de 447,5 DH, n'est-ce pas risqué?
    - Le prix de l’action découle de la valorisation, comme cité précédemment, d’hypothèses conservatrices.

    - Justement, les conditions difficiles du marché ont freiné les ardeurs de plusieurs candidats, pas Jlec semble-t-il…
    - Jlec est une valeur de fonds de portefeuille qui assure un rendement intéressant sur le long terme et, de ce fait, elle répond aux besoins d’investisseurs et ce, dans une période comme vous le dites «difficile».
    L’introduction de Jlec, dans un contexte de sortie de l’indice Morgan Stanley Emerging Market de la Bourse de Casablanca et le passage au MSCI Fontier Market, dénote de notre confiance dans le marché boursier marocain et sa capacité à reconnaître les valeurs à fort potentiel.

    - L'opération donne la part belle aux investisseurs institutionnels, les particuliers sont, semble-t-il, laissés-pour-compte?
    - L’offre est équilibrée entre les institutionnels et les personnes physiques et morales. 41% pour les institutionnels et 31% pour les personnes physiques et morales dénotent de notre volonté de faire participer le grand public à cette opération d’envergure.

    - Qu'attendez-vous du marché boursier?
    - On attend que le marché reconnaisse à sa juste valeur une entreprise leader dans la production privée d’électricité, filiale d’un groupe multinational, un leader de l’énergie avec un soutien du gouvernement d’Abu Dhabi et une notation A3 par Moody’s et A par Standard & Poor’s, avec une grande expertise du capital humain et un cadre contractuel solide et sécurisé. On attend aussi que le marché nous accompagne dans notre politique de croissance.

    - Quelles sont les perspectives d'évolution de Jlec?
    - Jlec développe 2 unités de production d’une capacité de 700 mégawatts, représentant plus de 10% de la capacité installée du Maroc. Cette extension va permettre une montée en puissance du volume du chiffre d’affaires et des agrégats opérationnels et financiers majeurs.


    Propos recueillis par Moulay Ahmed BELGHITI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc