×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Festival du film de Marrakech: Une pluie de stars en ouverture

Par L'Economiste | Edition N°:4162 Le 02/12/2013 | Partager
Sharon Stone et Juliette Binoche reçoivent les premiers hommages
La beauté de l’actrice indienne Deepika Padukone a rayonné sur le festival

CETTE 13e édition lève le rideau sur Sharon Stone, et son hommage rendu par le président du jury, Martin Scorsese.

L’actrice indienne, Deepika Padukone, est l’héroïne du film projeté en ouverture, Ram-Leela

L’actrice américaine clôture ainsi sa semaine privée et en famille, passée à La Mamounia, avant de quitter la ville samedi. Fidèle à son prestige, le Festival du film de Marrakech accueille toujours autant de stars internationales, mais contrairement à l’année précédente, la pluie incessante a fait place au soleil. C’est donc sous ces meilleurs auspices, que la cérémonie d’ouverture a débuté vendredi 29 novembre au Palais des Congrès. Une à une, les stars internationales et marocaines arrivent sur le tapis rouge devant un photocall électrique. Certains, comme la vedette indienne du film d’ouverture, Deepika Padukone, ou le très populaire acteur égyptien, Adel Imam, partent à la rencontre du public. D’autres préfèrent saluer de loin, avant de poser pour les photographes. François Cluzet, au bras de sa femme marocaine, se dit “heureux d’être là, et être un peu comme à la maison”. Quand Claudia Cardinal arrive avec Lambert Wilson, Driss Roukhe, Latifa Ahrar, Naïma Ilyas, Amina Rachid, un embouteillage se forme sur le tapis rouge. L’occasion de parler avec le jeune acteur français, Pierre Niney, qui revient sur son dernier film dédié à Yves Saint-Laurent, «quel plaisir de revenir sur les lieux du tournage. Les dernières scènes du film ont été tournées à Marrakech, la plus belle des fins!».
Pour fermer la marche, Martin Scorsese accueille les membres du jury, dont la scénariste marocaine Narjiss Nejjar, l’actrice française Marion Cotillard et l’Américaine Patricia Clarkson. La dernière à fouler le tapis rouge est Sharon Stone. Élégante et souriante, la star a généreusement profité du public, serrant des mains et signant des autographes, saluant même en français, avant de répondre aux questions de chaque média. Une fois tout ce beau monde installé dans la salle des ministres du Palais des Congrès, la déclaration d’ouverture de la 13e édition du Festival International du film de Marrakech est annoncée par les membres du jury.

Débordement

CERTES, une poignée de personnalités se réjouit et se félicite de ces neuf jours de festival, mais elles sont bien loin de représenter la majorité. Ces invités VIP ne connaissent rien du calvaire  subi par les journalistes, les professionnels, les étudiants et tout autre festivalier, pour obtenir le fameux sésame: un badge, qui ne permet que d’assister aux projections. Accéder aux cérémonies demande un autre tour de passe-passe.
Comme à chaque ouverture du festival de Marrakech, c’est un total débordement. Il faut plus de deux heures pour arriver aux bureaux d’enregistrements, avec des bousculades, un mélange de statut et un manque de civisme des deux côtés. Pourtant, chaque année les organisateurs promettent de remédier à ce cafouillage.
On comprend mieux pourquoi les esprits s’échauffent rapidement surtout quand on assiste à de telles fausses notes dans l’organisation d’un festival dit “hors normes”. Ces couacs, devenus presque une règle à chaque édition, ne nous empêchent pas d’exiger mieux, et puis d’espérer…

Merouane Belhafes, journaliste stagiaire  et B. B

Martin Scorsese, qui a tourné deux de ses films au Maroc, parle du festival en qualifiant Marrakech de “foyer précieux pour le cinéma”. Après un retour en images sur la carrière de Sharon Stone, Scorsese parle d’elle comme “l’intelligence féminine du cinéma. Elle est belle selon les critères de n’importe qu’elle époque. Une vraie star !” Le réalisateur de Casino précise “qu’elle a donné une dimension inespérée au personnage de Ginger”. La star américaine arrive alors en

Adel Imam, ovationné par le public, vient au festival pour la première fois

musique, et pose immédiatement la raison qui lui a fait accepter sa venue à Marrakech: “Martin Scorsese”.
Le réalisateur est pour elle le plus grand au monde, et leur complicité était bien visible. Le deuxième hommage au programme est réservé à Juliette Binoche. L’actrice française est, pour Bruno Dumont, avec qui elle vient de tourner Camille Claudel 1915, “grande par son jeu et par sa grâce”. Émue, Juliette Binoche s’adresse à l’assemblée en parlant de sa famille. “Mon père a grandi à Tiznit et Agadir et a parlé l’arabe avant le français. Mon grand-père est enterré ici, sur votre terre”. Quatorze films en compétition, les coups de coeur et hors compétition, les masterclass, les hommages vont rythmer ces neuf jours de festival, avec à l’issue, cinq prix, dont le plus prestigieux, L’Etoile d’Or.
Cette année consacre les richesses du cinéma scandinave. Des productions singulières portées par de jeunes réalisateurs à l’imagination débordante.

Les stars en Renault

COMME c’est de tradition, le français Renault sera le transporteur officiel des stars durant les 10 jours du festival de Marrakech. Renault profite en effet de son partenariat avec  le FIFM pour faire briller ses modèles, qui transportent les stars. La vocation cinématographique de la marque trouve écho dans les nombreux festivals de renommée mondiale qu’elle accompagne et que Marrakech a rejoint, depuis 6 ans, tout comme Cannes et Deauville pour ne citer que ces deux, indiquent des responsables de l’entreprise. C’est ainsi que la marque au losange mettra à disposition son fleuron haut de gamme pour assurer le transport des invités du festival. Une flotte, composée de 70 Latitude qui apportera ainsi sa part de glamour au tapis rouge et à la montée des marches des acteurs, réalisateurs et autres VIP du festival. Renault accompagne également l’organisation du festival en mettant à disposition 15 véhicules utilitaires. Et en marge du festival,  le partenaire organise sa soirée annuelle le vendredi 6 décembre 2013 au «Naoura Barrière».
Dans une ambiance électrique de la gamme  ZE (Zéro émission, véhicules électriques de la marque au losange, Zoe (citadine) et Twizy (quadricycle bi-place)  raviront la vedette et auront certainement le premier rôle. Une exposition de ces modèles est prévue et promet d’être une des attractions principales de la soirée. Les  invités pourront ainsi découvrir de près ces véhicules révolutionnaires.

De notre correspondante, Stéphanie JACOB

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc