×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Analyse

Produits du terroir
Les leviers pour stimuler la filière

Par L'Economiste | Edition N°:4162 Le 02/12/2013 | Partager
Agrégation et partenariats pour créer des locomotives
Lancement de plateformes logistiques régionales

La cartographie dressée pour les produits du terroir a permis de mettre en évidence  sept spécialités qui se démarquent par leur potentiel de production et de qualité. On recense ainsi l’huile d’argan, les dattes mejhoul, la rose de Kelaâ de Megouna, les figues de barbarie, le safran, les plantes aromatiques et médicinales et le miel d’euphorbe

LES produits du terroir se trouvent au cœur du Plan Vert. Mieux, une stratégie spécifique leur a été dédiée. Elle se base sur un dispositif visant la mise en œuvre de la loi sur les signes de qualité et labels. «Une loi encore méconnue parmi les consommateurs marocains dont les achats restent plutôt motivés par la tarification», regrette un producteur du safran labellisé. Selon lui, la distinction «Appellation géographique protégée» ne le met guère à l’abri d’une concurrence de produits bon marché importés d’Iran, du Pakistan ou de Chine. Même analyse auprès d’un producteur d’huile d’olive extra vierge qui peine à commercialiser son produit qui répond 100% à la normalisation internationale. Car, le consommateur marocain préfère l’huile d’olive au goût amer sans se soucier de son acidité élevée.
Cependant, l’objectif est de développer ces produits du terroir dont le Maroc détient des atouts certains. En outre, des tendances comme le développement durable, le commerce équitable et la consommation des produits du bled, participent au renforcement de l’approche.
L’enjeu est de répondre à une demande en croissance soutenue tant sur le marché intérieur qu’à l’export. Ce qui nécessite des actions de structuration des filières, d’organisation et d’accompagnement des acteurs.
La stratégie menée par l’Agence de développement agricole (ADA) qui est en charge de son  pilotage a identifié plusieurs contraintes qu’il convient de lever. Il s’agit en premier lieu de la faible culture d’engagement chez les petits producteurs. Cela résulte de l’absence de maîtrise des volumes de production qui restent soumis à l’aléa climatique. En second lieu, l’on relève une qualité inégale d’une filière à l’autre et certains processus de production ne sont pas au niveau de la qualité exigée. S’ajoute le déficit de vigilance du consommateur marocain. Ce qui ouvre la voie à la mise en vente de produits frelatés. Du moins, un mélange de différentes qualités, voire des substances étrangères au produit. Les cas flagrants sont souvent constatés dans des épices moulue. Par ailleurs, la majorité des produits du terroir se distingue par un niveau de volumes trop faible pour permettre des économies d’échelle. Et dans certains cas, les fournisseurs ne peuvent même pas être identifiés. De plus, la capacité d’investissement des acteurs est insuffisante pour développer la transformation et le conditionnement. Sans oublier la méconnaissance qui règne en ce qui concerne les exigences liées à l’export et l’absence des moyens pour y répondre.
Pour lever ces entraves, la stratégie de développement des produits du terroir a identifié cinq leviers d’intervention prioritaire à différents niveaux de la chaîne de valeur. Ils ciblent d’abord le  développement de l’amont et de partenariats d’agrégation équitables. Ensuite, la création de plateformes logistiques régionales à proximité des producteurs. Pour le moment, deux sites sont déjà en construction, l’un dans la région de Meknès et l’autre dans la zone d’Al Hoceima. Le lancement d’un troisième site dans la région d’Agadir est programmé pour l’année prochaine.
La stratégie vise également l’amélioration de l’accès aux marchés de la distribution moderne au niveau national et à l’international selon le modèle de commerce équitable ainsi que l’appui aux efforts de labellisation. L’objectif est d’assurer la reconnaissance des labels et leur bonne lisibilité par les consommateurs. Le cinquième levier tient à la réalisation de campagnes de promotion pour asseoir la notoriété des produits auprès du grand public.


A. G.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc