×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Delattre Levivier: Immersion dans une fabrique à éoliennes
    Reportage photos, Othmane DILAMI

    Par L'Economiste | Edition N°:4151 Le 14/11/2013 | Partager
    Une commande de 40 tours pour la centrale de Tarfaya
    Chacune pèse 132 tonnes pour 80 mètres de hauteur
    dlm_1.jpg

    Une fois arrivées à l’usine, les plaques de taule prédécoupées subissent un contrôle de dimensionnement avant d’être transportées à l’unité de production

    Il faut s’armer de beaucoup de courage pour arriver à la nouvelle usine de Delattre Levivier Maroc (DLM) nichée en plein Tit Mellil. Sur le site de 10 hectares, les consignes sont vite données. «Faites attention! Tout accident peut être dangereux», lance d’emblée le directeur de l’usine.  Nous sommes bien au cœur d’une usine de construction métallique lourde.

    A perte de vue, se hissent d’énormes tubes métalliques de plus de 4,5 m de diamètre. Il y en a tellement que DLM a loué le terrain mitoyen pour stocker sa production. Ces structures ne sont autres que les tronçons qui vont composer les mats des éoliennes de la centrale de Tarfaya. DLM prend à sa charge la réalisation des mats pour 40 tours de 125 MW. Nareva, filiale de la SNI, et qui porte le projet de la centrale de Tarfaya, a signé un contrat de fourniture et de mise en service des turbines éoliennes ainsi que les travaux électriques avec le groupement Siemens Wind Power et Siemens Maroc. C’est ce dernier qui est le client de DLM.

    dlm_2.jpg

    Tout le projet comporte 131 éoliennes dont une partie est produite à l’étranger. En effet, DLM est le seul fabricant de mats d’éoliennes au Maroc. La centrale de Tarfaya est loin d’être la première expérience de DLM dans le domaine. L’entreprise a décroché son premier contrat en 2003 avec le projet de Koudia Al Baida. Chaque projet a ses spécificités techniques et chaque client ses exigences. Siemens est partie jusqu’à affecter une personne dédiée au niveau de l’usine de Tit Mellil pour un suivi rigoureux de la production.

    Une production qui tourne 24h/24, 7 jours/7 avec trois équipes  (500 personnes) qui se relaient en continu. L’usine, qui s’étend sur une surface construite de 36.485 m2, est divisée en quatre unités de production dont une partie totalement dédiée aux éoliennes. Cette usine a une capacité de production équivalente à 350 MW par an. Pas l’ombre d’une femme dans les unités de production. «C’est un métier bien rude et physique qui n’attire pas encore la gent féminine», confie-t-on sur place. Nous faisons le tour du site pour arriver là où tout commence: l’espace matières premières.

    dlm_3.jpg

    Chaque plaque est roulée puis soudée pour former une virole bien circulaire. Plusieurs viroles seront assemblées pour créer un tronçon

    Siemens fournit DLM en taule prédécoupée. Après un contrôle visuel et de dimension, les plaques sont roulées pour avoir une forme bien circulaire dite virole. La plaque est soudée par un mécanisme automatique ou semi-automatique. L’opération la plus délicate est l’arrimage de deux viroles pour un deuxième soudage. DLM s’en sort plutôt bien avec des marges d’erreur très réduites. Une fois les différentes viroles assemblées, elles forment un tronçon. Sur ce projet, chaque tour est composée de trois tronçons de taille et de diamètre différents. La base pèse pas moins de 41 tonnes pour un poids total de 132 tonnes et 80 m de hauteur pour tout le mat.

    dlm-5.jpg

    Delattre Levivier a investi 195 millions de DH pour sa nouvelle usine de Tit Mellil. L’unité dispose d’une capacité de chargement de 100 tonnes de pièces finies

    L’un des tronçons est découpé pour laisser place à une sorte de porte qui permettra la maintenance de l’éolienne. Une fois assemblés, les tronçons sont transportés dans une autre unité pour le grainage. Cette opération qui consiste à propulser de petits grains sur le tronçon vise à augmenter son adhérence. Une deuxième machine totalement automatique va peindre le tronçon en blanc  à des niveaux de température élevés. Une fois totalement repeints et séchés, les tronçons vont être équipés de câblage et de l’ensemble des équipements électriques et électroniques directement fournis par Siemens. Les tronçons sont également dotés d’échelle pour la maintenance.

    A ce jour, DLM a déjà produit plus de 50% de la commande. Les livraisons n’attendent que les feux verts du donneur d’ordre. Il faudra affréter un convoi spécial en pleine nuit pour transporter les tronçons vers le port puis direction Tarfaya. DLM consacre 8 mois de fabrication pour la réalisation des tours d’éoliennes. L’achèvement du projet est prévu pour début 2014.

    untitled-1.jpg

    Les trois tronçons qui forment la tour sont transportés séparément pour être montés au niveau de la centrale

    L’entreprise compte également développer une expertise pour la production des turbines qui sont à plus forte valeur ajoutée. Cette expertise permettra au fabricant de découcher de grands marchés prévus pour 2014 dont les 850 MW de l’ONEE. En matière d’énergie renouvelable, DLMs’attaque également au solaire. L’entreprise vient d’ailleurs de décrocher le marché de la réalisation des réservoirs à sel fondu de la centrale d’Ouarzazate pour le compte du groupement espagnol composé d’Acciona, Sener et TSK. Un marché de 58 millions de DH pour la conception, fabrication et montage des réservoirs. Ce dispositif permet de stocker l’énergie produite pour une courte durée avant son injection dans le réseau.

    Ilham BOUMNADE

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc