×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Projet de budget 2014
«Le gouvernement a encore raté sa rentrée économique»

Par L'Economiste | Edition N°:4148 Le 11/11/2013 | Partager
L’Istiqlal déplore l’absence d’un plan de relance
Et celle d’une «vision claire et cohérente»

Pour Mounia Ghoulam, membre du comité exécutif du PI et de la Commission des finances au Parlement, «les mesures que proposera le PI s’inscriront dans une vision économique, pourvu que le gouvernement les accepte»

- L’Economiste: L’Istiqlal ne votera pas pour le projet de budget 2014. Quelles sont ses vraies raisons?
- Mounia Ghoulam: Ce n’est pas seulement parce qu’il est à l’opposition que le Parti de l’Istiqlal (PI) ne votera pas cette loi de Finances, mais parce qu’il a la conviction que le projet de budget 2014 n’apporte pas les réponses adéquates et nécessaires aux défis et aux attentes des citoyens. Nous considérons que le gouvernement a raté encore une fois sa rentrée économique et sociale. De fait, nous déplorons la contradiction entre les paroles et la réalité. Le PJD parle d’un projet de développement, mais la réalité est autre. Le projet est marqué par l’absence d’une vision globale de croissance économique et sociale, et ne contient que des mesures éparpillées. Celles-ci auront un impact négatif sur le consommateur et sur le pouvoir d’achat des citoyens. En plus, ce projet ne prévoit aucune mesure pour la promotion de l’entreprise, notamment la PME/PMI.
 - Plusieurs pays adoptent des plans d’austérité. Pourquoi celui du Maroc fait-il particulièrement rage?
- Le gouvernement a présenté un projet qui prévoit diverses coupes dans les dépenses publiques, et ce après les coupes, opérées en avril et en octobre, d’environ 40% du budget d’investissement de la loi de Finances 2013. Dans d’autres pays, il y a certes des plans d’austérité, mais ils dégagent, en parallèle, des marges financières pour financer des plans de relance de l’économie. Le problème du gouvernement marocain c’est qu’il multiplie les coupes budgétaires en matière d’investissement, réduit les dépenses sociales et opte pour les hausses des prix des produits subventionnés. Avec l’actuelle loi de Finances, il s’oriente vers le report des avancements réguliers d’environ 800.000 fonctionnaires, et demain, ce sont peut-être les salaires et les retraites… Ce qui atteste de l’absence d’une vision économique claire et cohérente.
- Comment auriez-vous imaginé ce projet de budget?
- Le gouvernement aurait pu présenter un projet de relance économique. Ceci en bénéficiant des marges de croissance résultant de l’exceptionnelle hausse de la valeur ajoutée agricole, de l’amélioration significative des rentrées touristiques et de celles des MRE ainsi qu’une amélioration des IDE. Certes, ces marges sont réduites, mais pourraient être considérées comme levier pour une réelle relance.
Le budget aurait pu être élaboré sur fond de retour des perspectives positives de croissance pour le quatrième trimestre 2013, avec un accroissement de la valeur ajoutée non agricole estimé à 2,7%, et ce dans un contexte de redressement de la demande extérieure. Ainsi, le PI espérait non pas avoir un budget d’austérité face à une situation de faible croissance, mais un plan de rigueur sur les dépenses de fonctionnement du gouvernement et plus d’efficacité sur les dépenses d’investissement.


Propos recueillis par  Youness SAAD ALAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc