×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Tourisme durable: Pourquoi le dispositif cale

    Par L'Economiste | Edition N°:4113 Le 16/09/2013 | Partager
    Réticence des PME à investir dans ce créneau
    Le Maroc 71e dans le classement WEF
    L’exemple belge présenté aux professionnels

    L’écologie et le développement durable sont les gros défis de la Vision 2020. Il s’agit d’un axe structurant de la stratégie qui vise à instaurer une démarche intégrée de durabilité tout au long de la chaîne de tourisme. Ses principaux défis consistent à assurer la durabilité et la préservation des ressources naturelles, répondre à l’évolution des touristes en termes de sensibilité sociale et environnementale et faire de la durabilité une véritable marque de différentiation pour le Maroc. Certes, un ensemble de mesures et d’incitations ont été mises en place par le ministère de tutelle pour encourager les professionnels à adopter la durabilité, mais «la mise en œuvre laisse encore à désirer», selon les termes de Mehdi Taleb, directeur de la réglementation du développement et de la qualité au ministère du tourisme. «Nous en sommes encore, depuis 3 ou 4 ans, au stade de sensibilisation à la durabilité», poursuit-il. Selon Taleb, il ne s’agit pas de «résistances», mais «passer à l’acte d’investir, c’est un autre niveau que la PME marocaine n’est pas encore prête à franchir dans ce domaine», poursuit-il.
    C’est pour présenter les best practices belges en matière de tourisme durable qu’un séminaire (sur le thème:Tourisme durable: défis et potentiels) a été organisé jeudi 12 septembre par la Chambre de commerce belgo-luxembourgeoise au Maroc. Y ont pris part les représentants du ministère du Tourisme, ceux de la Fédération nationale du Tourisme (FNT) ainsi que des professionnels belges du tourisme durable. Ces derniers ont tour à tour présenté le potentiel du tourisme durable avec des exemples à l’international et de la Belgique. 
    Le plat pays a en effet amélioré son score en matière de tourisme durable en passant de la 23e place au niveau mondial à la 18 en 2013, selon le classement WEF de développement touristique durable dans le monde. Ses points forts sont: l’infrastructure de transport, la culture ressources, la santé et l’hygiène, affirme Christian Ferdinand, Service public fédéral (SPF) Économie (Task Force économie durable). Quant aux faiblesses, elles se résument à la compétitivité des prix dans l’industrie du voyage et du tourisme, les ressources naturelles. 
    Pour comparaison, le Maroc est classé, par ce même rapport, à la 71e place (78e en 2011) et à la 9e au niveau de la région Mena. Ses atouts se résument à l’affinité avec l’industrie du voyage et du tourisme, la priorité donnée aux industries du voyage et du tourisme et l’environnement durable. En revanche, le Maroc devrait s’améliorer sur les ressources naturelles, la santé et l’hygiène et l’éducation et la formation. Marie Spaey, chargée de mission Clé verte, Fédération inter-environnement, Wallonie, a pour sa part présenté l’écolabel international «Clé vert» destiné aux structures d’hébergement qui s’engagent à minimiser leur impact sur l’environnement. A ce jour, plus de 137 établissements belges ont obtenu ce label contre 56 unités touristiques labellisées au Maroc pour cette année, (dont 18 à Marrakech).

    Bonnes pratiques

    Le ministère du Tourisme envisage de lancer, durant le dernier trimestre 2013, une campagne axée sur la sensibilisation autour du tourisme durable. Objectif : donner des références communes en  termes de développement et tourisme durable au profit des professionnels.
    Il s’agira également de clarifier les axes d’orientation pour le développement durable de la Vision 2020 et présenter des outils de son opérationnalisation pour les professionnels, ainsi que les bonnes pratiques en  matière de tourisme durable. Ciblant les hébergeurs et agents de voyage (middle et top management), ces séances de sensibilisation auront lieu sous forme de tables rondes dans les villes de Marrakech, Meknès, Fès, Agadir et Casablanca (1er trimestre 2014).

    A. E.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc