×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Auto Hall se renforce à Agadir

Par L'Economiste | Edition N°:4111 Le 12/09/2013 | Partager
Ouverture d’une deuxième succursale dans la ville
Un investissement de 32 millions de DH
De nouvelles implantations dans la région dès 2014

Auto Hall étoffe son réseau de distribution. L’entreprise a inauguré, mardi 10 septembre, sa deuxième succursale à Agadir. Située à l’entrée de la ville, l’infrastructure s’étale sur une superficie de 6.000 m² environ dont 1.600 m² pour le stockage des véhicules. Un show-room de plus de 1.500 m² abrite les produits des quatre principales marques distribuées par le groupe (Ford, Mitsubishi Motors, Fuso et Fiat).
Les installations du service après-vente couvrent aussi une superficie de 1.500 m². La nouvelle succursale a nécessité un investissement de 32 millions de DH. Elle devrait servir de plateforme centrale pour les représentations du groupe Auto Hall pour tout le Sud. Mais aussi permettre de décongestionner la première succursale de l’entreprise à Agadir qui manquait visiblement d’espace pour le stockage des véhicules. Grâce à sa nouvelle implantation, le groupe vise cette année un chiffre d’affaires de 200 millions de DH à Agadir. Ce marché constitue pour l’entreprise le troisième en la matière au même titre que Marrakech après l’axe Casa-Rabat. Après cette ouverture, l’entreprise porte à 35 ses succursales opérationnelles. Dans son plan de développement, l’entreprise annonce déjà d’autres implantations dans la région du Souss notamment. Auto Hall dispose en effet encore d’une enveloppe de 386 millions de DH à investir dans le Royaume d’ici à 2015 après avoir engagé 64 millions de DH en 2012. Le distributeur a ainsi procédé à la remise à niveau totale de son infrastructure de distribution, faisant de la proximité et de l’homogénéité du service un levier de conquête et de fidélisation des clients, soulignent les responsables du groupe.
A noter qu’Auto Hall, à l’échelle nationale, a retrouvé en 2012 des niveaux de revenus proches de son record de 2008 (3,34 milliards de DH). Le distributeur automobile a en effet enregistré un volume d’affaires de 3,30 milliards de DH en hausse de 15% l’année dernière. La croissance des revenus confirme la reprise du marché entamée en 2011. Les immatriculations de véhicules particuliers et véhicules utilitaires légers (VP/VUL) ont progressé de 16,3% en 2012. L’année a été marquée par la tenue du salon Auto Expo, ce qui explique également le bon comportement des ventes. Auto Hall a écoulé plus de 10.000 véhicules Ford contre 7.347 l’année précédente. Elle relève sa part de marché à 7,7%, ce qui la place en quatrième position sur le marché derrière Dacia, Renault et Peugeot. Les VP et les VUL pèsent 70% du chiffre d’affaires du distributeur.
Les ventes de camions et de véhicules agricoles ont contribué respectivement à 20 et 10 % des revenus l’année dernière. L’opérateur table sur un chiffre d’affaires de 4 milliards de DH cette année, est-il indiqué. Il poursuivra le développement de son réseau de succursales à travers le Royaume pour réaliser ses objectifs. Il ambitionne d’atteindre 60 à l’horizon 2015-2016. Au niveau des indicateurs de rentabilité, le résultat opérationnel a atteint 314 millions de DH, en hausse de 22%. Le résultat net consolidé affiche une hausse de 10% à 200 millions de DH. En terme de ventes, le distributeur a écoulé l’an dernier 12.102 unités à travers le réseau de distribution contre 10.023 en 2011. Il vise 17.000 ventes via ce canal cette année.

Export

Auto Hall travaille également sur de nouveaux relais de croissance, notamment l’export. L’année dernière, les ventes de camions en Mauritanie ont généré 6 millions de DH de revenus. Les marchés des pays subsahariens sont principalement visés. La présence d’importants donneurs d’ordre marocains sur cette partie du continent est certainement un facteur positif pour intégrer ces marchés.

De notre correspondante,  Malika ALAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]economiste.com
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc